Notre vrai visage

L’éveil est la réalisation de la Présence spontanée et virginale. Cette Présence nous l’avons déjà vue moult fois. Aussi, à cet instant même nous pourrions très bien la reconnaître. Elle est la base, comme l’écran sur lequel se projettent tous nos cinémas.
Ce qui arrive, c’est que lorsque nous l’expérimentons nous en restons spectateurs. Nous ne l’identifions pas comme étant notre vrai visage. Cet état nous le jugeons comme trop simple ou trop vide. Aussi, nous préférons retenir à nouveau ce que dit notre esprit.

Aide-toi toi-même.

S’aider, c’est parfois juste changer notre regard sur nous-mêmes. C’est s’envisager à nouveau au lieu de se juger. C’est quand ça va mal que nous avons le plus besoin de nous. Il ne s’agit pas de prendre sa revanche, mais de comprendre ce qui demeure lorsque tout s’écroule. Alors que bien souvent nous recherchons une légitimité à travers nos entreprises éphémères, paradoxalement celle-ci nous est révélée dans un chaos.

La saveur du vivant

C’est difficile de dire de regarder ici ou là, de conseiller de faire telle ou telle chose pour l’éveil, car la vérité est partout, elle emplit tout. Il n’y a rien qui puisse être privilégié, ou alors nous retombons dans une vue partiale, dans une approche relative de l’absolu. L’absolu contient tout le relatif. Aussi, il ne sert pas à grand chose de changer de relatif pour le réaliser.

Ce qui peut nous aider c’est de zapper du cours mental afin de nous découvrir participants de l’instant et de ce qui nous entoure. Une situation est en train de se vivre, mais nous ne la regardons pas vraiment. Là, maintenant, quelque chose se donne, un éclat se produit, s’actualise. A travers nos sens, une présence plus concrète nous renvoie en la présence intime et au vivant que nous sommes.

Le poing qui cherche la main

Si vous laissez, si vous permettez à votre corps, votre parole, votre esprit de revenir, de reposer dans leur condition originelle et naturelle vous serez dans la paix de ce qui « Est ».

Il n’est pas question de s’efforcer, de maintenir un état, mais de laisser l’état naturel se rétablir de lui-même. Ce que nous sommes réellement, nous le sommes déjà. Voilà la foi qui nous donne l’éveil spontané. Si nous nous exerçons à maintenir une paix en nous, cela n’est qu’un contrôle, n’est qu’un effort qui dissimule votre nature et “repousse” l’éveil.