Le fait d’Être

Ce qui “Est” est libre de l’obtention d’un éveil.
Ce qui “Est” est libre de l’échec de l’obtention d’un éveil.
Ce qui “Est” est libre du “faire” et du “ne pas faire”.
Ce qui “Est”, bien que spontané, est libre des notions de spontanéité et d’êtreté.

A la recherche d’une confirmation

Il y a encore cette question fatidique qui revient auprès de personnes que je rencontre. « Il y a quelqu’un ou il n’y a personne ? », sous-entendu : « Je suis ou bien je ne suis pas en tant qu’ego ? ». Je redis donc : « Je ne suis pas mon esprit. ». Je ne suis ni ce qu’il affirme, ni ce qu’il infirme. « Je Suis », et cela, indépendamment de tout propos.

Ce « je Suis », par-delà la simple affirmation est la Présence spontanée. La présence naturelle du nouveau-né qui ne connaît pas encore le langage, ni les théories conceptuelles. Il ne rejette ni n’adhère, simplement il Est. À ses yeux, il n’y a pas « l’un » ou « l’autre ». Il n’y a pas « dedans » ou « dehors », ou encore de « j’y suis » « je n’y suis pas ». La vérité est bien plus simple que tous les questionnements. Elle les « précède ». Elle Est…

Bien que nous ne soyons plus des bambins, nous pouvons Voir spontanément comme nos yeux voient. Cependant, ce n’est pas ainsi que nous voyons, car nous écoutons ce que nous vend notre esprit. L’ego aime à jouer à se faire peur. Comme c’est excitant et provocant l’idée que : « Je ne suis pas ». Généralement, à travers ce que nous entreprenons l’ego recherche une confirmation et, par cette interrogation « ultime », il semble tellement être remis en question. Ne serait-ce pas là, une nouvelle façon que l’ego, que l’esprit a, de surjouer ?