Libre d'histoires

S’astreindre à contrôler le rêve c’est lui donner une importance qu’il n’a pas. L’illusion n’a aucun pouvoir sur la réalité, pas plus que l’ombre d’un arbre a le pouvoir de balayer les cailloux du chemin où elle s’agite. De même, les reflets ne laissent aucune trace sur le miroir. Ainsi, tout ce que nous pensons et rêvons n’atteint, n’altère en rien la réalité, la Présence où nous sommes.

Lorsque dans le rêve nous parlons de présence, en fait, nous en évoquons seulement l’idée. Nous suivons cette pensée et continuons avec une seconde qui nous dit qu’il faut faire quelque chose pour maintenir la présence. Nous poursuivons dans la logique du rêve, ne faisant que le modifier et rêver différemment. Cependant, la Présence que nous cherchons est ici, et ne dépend aucunement du rêve. Nous voulons agir dans le rêve pour être présents, alors que c’est la Présence qui rend possible le rêve.

Simple en esprit

lotusVous savez, c’est tellement simple… Tellement simple…

Notre esprit, quoi qu’il pense, quoi qu’il comprenne est toujours en deçà de cette simplicité.

« Heureux les cœurs purs », « Quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point » (JC).

Nous pourrions avoir cette compréhension qu’il nous faut purifier notre cœur, qu’il nous faut regagner cette pureté que jadis nous avions lorsque nous étions tout petits. Mais voici encore à l’œuvre la logique laborieuse et obsessionnelle de l’esprit. La simplicité est plus simple que l’idée de simplicité, la pureté plus pure que l’idée de pureté. La connaissance du cœur n’est pas le savoir de l’esprit.

Accepter le silence…

Se détendre en lui… Se retrouver…

Le silence n’est pas une absence ou un vide.

Recevoir le silence, c’est recevoir la simplicité de la vérité.

C’est s’accepter dans sa nudité.