Éveil de l'illusion, illusion de l'éveil

Certains ne veulent pas faire de choix, parce qu’ils considèrent que c’est “l’ego” ou leur “personnage” qui décide et qui ainsi se perpétue. Ils redoutent que l’illusion ne fasse que de l’illusion et que l’éveil ne demeure qu’un projet.

Cependant, ce qui n’est pas pris en compte ici, c’est le fait que d’être illusionné, de s’illusionner, relève déjà d’un choix. C’est en choisissant “l’histoire”, une “interprétation” à la place du réel, que nous nous en détournons. Cette préférence, c’est nous seuls qui la faisons. Nous ne sommes pas la victime d’un pouvoir tyrannique.

Si, dans notre vie, nous avons décidé de fermer “une porte”, il nous revient de décider de l’ouvrir ou du moins de ne plus la retenir. Il arrive que nous soyons exposés à des influences. Mais, il n’y a personne d’autre ou une force étrangère qui décide pour nous. Tant que nous croyons en un pouvoir extérieur, nous rejetons notre responsabilité et nous nous disqualifions dans l’attente. L’attente, c’est ce que la plupart “pratique”. Le résultat n’est pas probant !

C’est en décidant de ne plus nous bercer d’histoires, de ne plus souscrire aux croyances, de nous cacher derrière des idées en subissant, que nous permettons à l’éveil de nous rejoindre. Lorsque nous cessons de nous détourner de la vérité, de l’interpréter, celle-ci redevient pertinente. C’est grâce à cette évidence que nous nous éveillons.

Nous savons qu’à travers les pratiques spirituelles notre personnage peut continuer et même se renforcer. Cependant, la forme n’étant pas différente du fond, il est possible de l’utiliser pour “switcher”. À travers le « live » nous glissons du personnage sans qu’il n’en devienne l’acteur. Par une immersion totale dans le réel et le vivant, la forme se “donne” au fond.