“Tel que c'est”

Afin de réaliser le “tel que c’est”, il est préférable de “laisser la place”, de ne pas manipuler.

Généralement, je n’encourage pas les gens dans une approche méditative, parce que souvent, ils pratiquent avec l’idée d’un contrôle, ou bien d’un “maintien”. Dupés par la logique duelle et mensongère de leur personnage, ils s’imaginent être capables de surmonter l’illusion dont ils ne font que le jeu.

Notre Nature va bien. Elle n’a pas besoin d’être maintenue et encore moins de “quelqu’un” qui s’en charge. Si d’une façon ou d’une autre notre personnage intervient, comment pourra apparaître l’évidence de “ce qui Est”, de “ce” qui existe de lui-même, spontanément ?

[quote align= »left » color= »#999999″]Note : Parce que nous attendons quelque chose “d’autre”, quelque chose de “spécial”, l’ouverture spacieuse et l’éclat du vivant ne sont pas reconnus. Au lieu de cela, ils sont perçus comme “vide”, comme un “rien” insaisissable.

Lorsque nous rencontrons le caractère vide et ennuyeux de l’ouverture, comprenez que c’est encore le rôle qui expérimente ces perceptions. Ce n’est pas la vérité qui est vide, mais notre illusion et notre personnage. Arrêter de se projeter durant quelques instants ne fait pas que “celui” qui projette, ainsi que ses croyances, vont perdre toute force et disparaître. Pour un moment nous laissons notre jeu, mais sans être convaincus d’avoir à l’abandonner complètement. Nous voulons bien faire entrer un peu de vérité dans notre illusion, mais nous ne sommes pas prêts à libérer toute notre construction, à lâcher toute la tension et la crispation de notre personnage dans la vérité. À notre insu, nous tentons d’être l’acteur de notre libération, alors que la liberté c’est de se reconnaître libre de tout jeu.[/quote]

Laisser tout tomber…

Laissez tout tomber… jusqu’à laisser tomber “le fait de laisser tomber”, ainsi que toutes les stratégies d’évitement. Il est important que plus une seule projection ne vous encombre, ne vous accapare. Videz tout votre sac, comme vous le feriez sous le regard d’un douanier tatillon, afin de lui confirmer que plus rien ne s’y trouve, et qu’ainsi, il le voit parfaitement vide.

Afin de découvrir notre Nature et d’en faire l’expérience concrète, nous devons nous dépouiller de tous nos états, ne retenir aucune forme, aucune posture. C’est dans une détente totale, dans le relâchement de toutes nos constructions que nous pouvons réaliser ce qui est libre d’élaboration ; la Nature fondamentale à laquelle nous appartenons.

Tout lâcher peut se résumer au fait de se lâcher soi.. En relâchant la seule saisie de nous-mêmes, de “celui” qui retient, tout est libéré de surcroît. Ainsi, nous vivons concrètement “ce qui est”, “tel que c’est”, la pure Présence. Toutefois, nous réalisons proportionnellement à ce que nous lâchons. C’est lorsque le lâchage est entier que se désamorce le jeu duel et qu’ainsi apparaît et s’impose “cela” qui tient de lui-même. Ce faisant, nous sommes affranchis de la vision conceptuelle. Il n’y a plus “ici” et “là-bas”, plus de quête. Dans l’unique instant, nous sommes libres de toute histoire entre un “sujet” et un “objet”. La Présence vive s’impose et se trouve magnifiée.

Sans “moi”

Ça marche sans nous… c’est parce que nous occupons la place que nous ne le voyons pas. C’est pourquoi nous devrions “laisser la place”. La main est bien plus qu’un poing, mais celui-ci ne le sait pas. Aussi, il trouve toujours une raison de s’accrocher. C’est en cela que lorsque nous essayons d’être présents nous faisons toujours un effort. Nous n’atterrissons pas. Nous ne laissons pas la Présence nous porter. “Celui” qui expérimente ne veut pas s’en aller. C’est un peu comme si la vague restait suspendue à regarder l’eau, gardant une certaine distance pour ne pas se mélanger. La croyance de la séparation, ou en un “second”, n’est donc pas démystifiée. C’est pourquoi la vague demeure en quête de l’océan.

La finalité de mourir dans la forme est de se redécouvrir en l’origine du fond. Ne meurt que ce qui est relatif, impermanent et voué à disparaître, sublimant ainsi l’éclat de la Nature immuable.

Être en vérité

Marquez votre appartenance en étant ici, chez vous, dans la Présence. En la présence vive la Lumière règne et dissout tous les cinémas mentaux. Le jeu duel n’a plus cours. Il n’y a plus d’histoire, de théorie avec “deux” ou un “second”. Il n’y a plus un dehors et un dedans, un haut et un bas, un vrai et un faux… Plus aucun concept ne prévaut. L’unité prime comme elle l’a toujours fait. Forme et fond, Terre et Ciel s’étreignent spontanément au sein d’un même espace clair et infini.

Soyez fidèles au Soi, à votre cœur, plutôt que d’être attachés à vos projections. À travers chacune d’elles, nous cultivons notre rêverie et le mythe d’une séparation. Nous prolongeons l’identification au personnage, qui à son tour se justifie par le biais de croyances.

Revenir chez soi, ce n’est pas changer de “film” ou le réécrire ; c’est oublier le cinéma pour nous retrouver à la maison. Aucun film ne comblera, ne compensera, ne remplacera, l’entièreté que nous ne vivons plus lorsque nous sommes dans l’ignorance, détournés de l’amour et de l’unicité de notre Nature.

[quote align= »left » color= »#999999″]Note : Si nous n’étions pas en divorce de nous-mêmes, si nous n’étions pas dans un jugement, dans notre propre disqualification, nous vivrions constamment dans la Présence. De par notre corps nous y sommes, mais à travers l’abstrait et les projections mentales nous éludons régulièrement le concret de notre incarnation. Au lieu d’être dans “le” monde, nous sommes dans “notre” monde.

C’est à travers le “live” et son actualisation que nous rejoignons la vérité de l’instant. Être ici, entièrement, sans atermoiements. Dès que nous lâchons notre cinéma, nous y sommes. Au départ, c’est comme une habitude qu’il nous faut inverser. Et puis, nous finissons par reconnaître notre fuite. Nous nous surprenons à choisir notre cinéma, notre interprétation du réel, plutôt que d’être en vérité. Nous réalisons qu’il n’y a ni victime, ni oppresseur, que nous seuls sommes à nous battre avec nos constructions, en proie à une vision duelle, à dédoublement schizophrénique.[/quote]

L'obstacle du doute

La réalisation n’est pas une “compréhension”. C’est davantage des retrouvailles qui se manifestent dans un contact à la fois du corps et de l’esprit. C’est un sentiment d’appartenance, qu’il est difficile de traduire par des mots. C’est pour cela qu’aucune compréhension intellectuelle n’est appropriée ou ne peut suffire. Lorsque l’on y a recours, cela démontre une inclination et un attachement à se projeter dans les vues de l’esprit.

S’éveiller c’est comme trouver son point d’équilibre. C’est l’équilibre dans le corps qui nous permet simplement de marcher. Je ne parle pas de devenir équilibriste. Toute personne en possession de ses moyens tient debout naturellement, sans faire d’effort. Illusionnés, c’est comme si nous ne pouvions nous passer d’une aide, d’une rambarde ou d’une béquille pour y parvenir.

Se laisser porter c’est ne plus faire de différenciation. C’est au contraire permettre que s’exprime l’homogénéité, l’appartenance. Souvenez-vous enfant, c’est le doute qui nous empêchait de tenir et de réussir à faire du vélo. C’est le doute qui nous empêchait de flotter et de nager sur l’eau… À chaque fois, à l’occasion d’une première fois, c’est le doute qui nous a paralysés et mis en échec. Quelle aptitude nous détenons pour nous disqualifier !

Apprendre à faire du vélo ou à nager n’exige pas un talent exceptionnel. Une fois que nous avons “pris le coup”, nous n’avons plus à nous en soucier. L’équilibre nous l’avions. C’est seulement la confiance qui nous faisait défaut. Nous parlons de “perdre” l’équilibre, mais ce n’est pas ainsi ; nous ne faisons qu’en sortir. L’équilibre fait partie de nous.

[quote align= »left » color= »#999999″]

Note : C’est notre personnage qui veut s’éveiller.

Tant qu’il espère que ça va lui arriver, tant qu’il s’en fait l’artisan, il va demeurer !

J’ai écrit quelque part : « n’allez pas vers l’éveil, vous en venez ! ».

Avant que le personnage se soucie de l’éveil, celui-ci est déjà là.

Le mental a seulement la force que nous lui donnons. Nous devons Voir et vivre, comment nous « Sommes », combien ça « Est », indépendamment de lui. Nous n’avons pas besoin du rôle pour exister. C’est bien de le savoir, mais il nous faut l’expérimenter concrètement afin de le valider.

Pour commencer, nous pouvons faire une pause afin de contacter cette qualité, cette identité naturelle et gratuite qui n’a pas besoin d’être jouée. Ainsi, dans la pause ou de pause en pause, nous trouvons la « vacance » … Laisser être … Voir ce qui reste… ce qui survit à tous nos « jeux », à tous nos « faires ». Plus nous goûtons, plus nous reconnaissons comment nous sommes portés ; plus nous nous lâchons… Le « poing » ne devient pas la « main », c’est la main qui se réalise en lui grâce à sa détente.

L’êtreté nous précède, la vérité précède tous nos mensonges. C’est elle qui ressent. C’est elle qui est continuellement bafouée dans l’illusion. Pour mentir, il faut une vérité. Paradoxalement, indirectement, chaque mensonge nous rappelle la vérité, nous la confirme !! Les mensonges ne remplacent pas la vérité, ils essaient de la cacher.

[/quote]