Le centuple

“Il y a plus bonheur à donner qu’a recevoir.” (Ac 20:35)

Être généreux est une attitude vertueuse à laquelle nous convient de nombreuses traditions spirituelles. Mais en fait, celui ou celle qui s’implique dans le don généreux reçoit bien plus que des bons points, qu’une bonne conscience ou qu’un bon karma.

La générosité qui provient du “bon cœur” est la radiance naturelle de notre Nature. Ainsi, c’est ce “Bon Cœur” manifesté qui s’offre directement en celui et celle qui l’exprime.

Le don du cœur

Tout va bien…

Ici, dans cet instant, l’espace nous accueille infiniment…

infiniment…

Le cœur envisage, il ne juge pas.

Lorsque ça va bien, il redouble de joie.

Lorsque ça va mal, il nous console et nous révèle toute sa grandeur.

Il nous aime davantage.

La lecture de la Vie

Ne passez pas à côté du livre. Ce qui revient à dire : “Ne passez pas à côté de vous”. Ce que pointe le livre, c’est vous, c’est Soi. En le lisant, n’esquivez pas ce but. Si vous n’êtes pas décidé à vous rencontrer, alors sa lecture vous laissera probablement insatisfait. Pourtant, si nous décidons de regarder honnêtement en nous-mêmes, dans notre cœur, nous pouvons contacter et réaliser spontanément le don de la Vie. Tout est là, à nous attendre et à s’offrir naturellement. Ce qui fera la différence, c’est l’ouverture et la sobriété de notre regard, mais aussi l’écoute de notre souhait profond. Sans détour, se faire face, sans idées préconçues, sans se raconter d’histoires. Mais s’accepter, s’accueillir en soi, délaissant tout jugement, toute manipulation. La vérité, ce que nous sommes, est très simple, très directe, complètement libre de l’esprit et de ses entreprises. En fait, il n’y a pas de différence entre elle et nous. Il n’y a pas une once de séparation. Il ne peut y avoir qu’une simple idée vide, notre projection, qui cherche encore à nous (à se) convaincre du contraire.

L'essence du Don

C’est un simple remerciement qui a changé mon regard à l’hôpital. Aussi, j’ai envie de vous dire : “remerciez”. Remercier de quoi ? Remerciez tout simplement, sans plus de raisons. Faites-le… Même si vous ne trouvez rien chez vous qui mérite d’exprimer de la gratitude. Essayez quand même.
Fermez les yeux et remerciez silencieusement avec votre cœur…
Il ne s’agit pas de s’adonner à un acte dévotionnel, ou à des bondieuseries.
Au-delà d’une formule de politesse et de gratitude, il est difficile de dire ce qui se produit réellement en notre Être lorsque nous remercions. En fait, il s’agit d’un acte symbolique qui peut être puissant. Nous pouvons ainsi réaliser la nature du Don en “passant” de l’autre côté du miroir.
Nous pouvons nous acquitter de bien des choses en remerciant.

La saveur du vivant

C’est difficile de dire de regarder ici ou là, de conseiller de faire telle ou telle chose pour l’éveil, car la vérité est partout, elle emplit tout. Il n’y a rien qui puisse être privilégié, ou alors nous retombons dans une vue partiale, dans une approche relative de l’absolu. L’absolu contient tout le relatif. Aussi, il ne sert pas à grand chose de changer de relatif pour le réaliser.

Ce qui peut nous aider c’est de zapper du cours mental afin de nous découvrir participants de l’instant et de ce qui nous entoure. Une situation est en train de se vivre, mais nous ne la regardons pas vraiment. Là, maintenant, quelque chose se donne, un éclat se produit, s’actualise. A travers nos sens, une présence plus concrète nous renvoie en la présence intime et au vivant que nous sommes.

Demain n’arrivera jamais

Regardez le ciel, regardez les arbres, regardez les gens qui passent et tout ce qui vous entoure. Tout cela se donne à nos yeux et à tous nos sens. Si tout cela s’offre autant extérieurement, alors, combien plus encore la vérité et la vie s’offrent en nous et en notre cœur !
Nous n’avons pas à « dealer » avec la vie et avec nous-même à travers des méthodes ou des pratiques infructueuses, avec de belles promesses qui remettent à plus tard et nous gardent dans l’ignorance de ce qui s’offre maintenant dans la gratuité et l’abondance.
La vie, le vivant, est don absolu et incessant. L’éclat de cette réalisation rend bien fade tous les objets matériels et immatériels, les plaisirs relatifs, derrière lesquels nous courons indéfiniment. Nous misons sur demain, mais demain n’arrivera jamais. Il est tel l’horizon que l’on ne peut atteindre. Nous sommes « ici », toute notre vie est ici. Les jours et les nuits n’ont pas le pouvoir de fractionner l’instant présent, l’instant de vie.
Je ne dis pas que nous ne devons pas espérer et faire que nos existences s’améliorent. Je dis qu’il y a un éclat de vie, un éclat en « Soi », qui nous illumine, qui nous anime, ici, indépendamment des circonstances bonnes ou mauvaises que nous traversons. C’est un luxe, une extravagance de penser que nous avons du temps, et qu’il nous faut d’abord réaliser nos idées et nos rêves afin d’être heureux. La Vie ne sera pas plus vivante demain. La Vérité ne sera pas plus vraie non plus. Le vrai bonheur, le contentement, ne résulte pas de conditions. Mais, au contraire, de voir qu’il en est libre. Il est dans l’actualisation et la présence vive. Il est dans « ce qui est » déjà. Il ne dépend pas de « ce que l’on a », ni de « ce que l’on n’a pas ».

« Ne vous amassez point de trésors sur la terre, où la mite et le ver consument, où les voleurs percent et cambriolent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel : là, point de mite ni de ver qui consument, point de voleurs qui perforent et cambriolent. »(JC Mat 6, 19)