Cœur de chair

J’ai retenu de mes lectures cette phrase qui dit : “Aie un cœur et tu seras sauvé.”. Je crois me souvenir qu’elle provient d’un mystique chrétien.

“Avoir un cœur” c’est vivre l’Amour et l’actualiser. Cela commence avec nous. Est-ce que l’amour vibre et résonne en notre être ? Le plus souvent, nous voulons aimer sans être aimés, sans accueillir ce don merveilleux qui émane de notre Nature. Nous ne pouvons donner que ce que nous avons reçu et recevons. En fait, par nous-même nous ne donnons rien ; c’est toujours l’amour qui se donne et qui donne à travers nous. Nous sommes des vecteurs. Parfois, il nous arrive d’être aussi des catalyseurs.

Ce ne sont pas des actions aveugles qui peuvent nous aider, pour prendre soin du monde et des êtres qui le peuplent. Le mal qui ronge l’homme de ce temps c’est le manque d’amour. C’est uniquement l’amour qui nous donne la paix, la confiance, la plénitude et la générosité. Tous nos talents, nos richesses, nos théories, ne peuvent pas combler ou remplacer ce manque. Aussi, chacun à notre niveau, nous avons cette responsabilité, cet appel à transmettre et à témoigner de ce don précieux.

Que sommes-nous sans amour ? Des êtres exsangues en survie, dépourvus de tout repère, du souffle créateur qui les guide. La priorité dans nos vie devrait être celle de l’amour porteur de Vie. L’amour nous éclaire. Il nous place au sommet de notre incarnation. Il nous rend lucides. C’est par l’amour que fleurira notre humanité.

Lumière de vie

Le corps c’est comme une chose que nous avons, ce n’est pas une chose que nous sommes ; d’ailleurs nous le perdons. Nous perdons tout ce que nous “avons”, mais nous ne perdons pas ce que nous “sommes”. Le corps, nous ne cessons de le perdre. Tous les jours, instant après instant, nous le perdons un peu plus. Il se dégrade, il ne va pas en s’améliorant. Cependant, le fait de vivre ce qui est périssable et qui passe permet, en contrepartie, de reconnaître ce qui dure et qui ne passe pas.

Qu’est-ce qui ne bouge pas ? C’est la Nature qui ne bouge pas, c’est “l’éclat” en vous. En nous, il y a l’éclat du Vivant présent dès la naissance. Il ne dépend pas de nous ; il s’agit de la vie qui nous anime. Si nous lui “laissons la place”, il transparaît, il ne reste que lui. Cependant, nous l’avons perdu de vue et nous continuons de nous en détourner. Par contre, nous savons l’utiliser pour entreprendre une multitude de choses. C’est pareil à la nudité que nous savons déguiser afin de jouer divers rôles. À la base de chacun d’eux, sous le costume, il y a bien un corps nu ? Sinon, comment pourrions-nous revêtir nos habits et jouer toutes ces comédies ?

Dans nos vies, il existe une Présence naturelle, lumineuse, radiante, vivante… Cela n’est pas inanimé, insensible, comme ce verre sur la table. Bien sûr, nous avons aussi cette qualité pareille au verre à travers le corps, sa masse et sa forme. La différence, c’est qu’en nous il y a une vie, une vraie vie, toute la vie. C’est comme un trésor merveilleux qui jaillit spontanément, simplement, sans besoin de faire quoi que ce soit. C’est comme un feu, ou bien la lumière de l’ampoule d’un projecteur qui produit tous les cinémas. Elle est vive… À présent, voyez comment nous nous sommes détournés d’elle. Nous ne regardons que l’écran et le film projeté. Nous ne voyons plus l’éclat originel de l’ampoule. Nous suivons nos pensées, nos projections, sans en voir, sans en vivre la Nature première.

C’est bien cela notre méprise, dans l’illusion nous cherchons “l’ampoule” dans le film. Elle ne s’y trouve pas ! En même temps, l’image est pleine de lumière aussi. En elle, nous pourrions la distinguer dans les photons, les particules lumineuses qui s’agitent. Bien sûr qu’elle existe aussi sur ce plan. C’est pour cette raison que même dans l’illusion nous pouvons expérimenter la vérité. Cependant, si vous vous “retournez”, si vous revenez en vous, elle apparaît, pleinement visible ! Le problème c’est que nous n’avons pas réellement envie de la voir. Nous voulons continuer le cinéma, nous voulons la “fin du film”. Nous avons passé tellement de temps avec ce film, que nous pensons que ce serait une perte de le laisser, que cela gâcherait tous nos plans et notre vie. À l’inverse, nous préférons tirer un peu plus les rideaux, afin qu’il y ait plus d’obscurité, afin que l’image ait plus de relief, qu’elle soit encore plus convaincante.

En somme, l’illusion, le plus souvent, entretient l’illusion. C’est un truisme ! C’est pour cela que les situations où nous sommes perdus sont aussi des occasions, des moments intéressants. C’est vrai que nous n’aimons pas ça, que cela nous dérange. Au cinéma, lorsque la lumière rentre d’un seul coup, nous ne voyons plus l’image projetée qui s’affadit. À cet instant, cela provoque un bref égarement : où sommes-nous ? Il n’y a plus d’histoire, de film ! Nous sommes frustrés. En fait, cet égarement dans la perte est intéressant, de même que tous les moments de la vie où nous vivons de telles ruptures. Il n’est pas nécessaire de subir de grands accidents, mais de petits incidents, que, généralement, nous sommes tentés de combler, d’occulter précisément. Ne les comblez pas ; soyez curieux ! Demandez-vous ce qui se passe vraiment. Tous ces moments d’apparence inconfortable constituent des ouvertures. Au milieu d’eux, essayez de voir comment resurgit la vérité, comment elle est là, en fait.

Nous avons une idée sur la façon dont ça devait être, mais ce n’est qu’une représentation. Cela ne ressemble vraiment pas à ce que nous imaginons. Croyez-moi, cela ne ressemble pas du tout à ce que je pensais, parce que ce n’est pas quelque chose que l’on pense, tout simplement. La Lumière est libre de pensée, c’est un éclat direct et radiant.

Question : C’est une sensation ?

D.M. : Oui, entre autres, c’est plein de choses… tellement de choses ! Imaginez un peu lorsque vous êtes dans le meilleur de votre forme, au top, avec la joie, la satisfaction et tout le bonheur que vous vivez… Essayez d’évoquer, de retrouver ces impressions, ce sentiment, lorsque vous êtes vraiment comblés… et bien c’est comme cela. Nous sommes comblés sans aucune raison particulière. Dans cette vie, il arrive que nous vivions cet état-là, parce qu’il y a une situation donnée et de bonnes circonstances pour qu’il se produise. Cependant, ici, dans la simple reconnaissance, cela ne dépend d’aucune cause particulière. Cela n’est dû qu’à la nature. En elle-même, elle détient toute cette richesse.

Comment cela peut-il survenir dans cette vie relative ? Parce que nous permettons aux circonstances d’être favorables et que cela nous rend d’accord avec “l’ouverture”, tout simplement. Parce que nous sommes réceptifs et ouverts, nous vivons et goûtons la Nature. Nous nous permettons d’être rejoint par elle. Nous lâchons le contrôle, nous lâchons cette volonté qui s’efforce de manager l’espoir et la crainte. Nous la lâchons complètement en nous accordant une sorte d’autorisation. Comme si nous pensions “Ok, c’est bon… là : bonheur ! Nous pouvons être heureux”.

Rencontre du 27.01.2013 (extrait)

Voir et comprendre

Nous devrions bien faire la distinction entre “comprendre” et “voir”. Communément, nous disons “tu vois ce que je veux dire”. Sur le plan spirituel, “voir” n’est pas synonyme de “comprendre”. Il désigne la clarté et la qualité cognitive inhérente à la Nature. Lorsque nous “comprenons”, c’est notre mental, notre intellect, qui est sollicité. Le Voir est spontané. Pareil au miroir, il est un éclat non discriminant, une ouverture qui embrasse tout.

“Voir” n’a pas le seul sens de regarder ou de percevoir. De façon plus essentielle cela se rapporte à une Vue directe liée à notre Être, qui s’exerce à travers tous nos sens. Instantanément, ça Voit ! Ainsi, cela ne dépend pas d’une volonté. Nous pouvons ignorer cette qualité, mais cela ne fait pas qu’elle cesse en nous. Voir est spontané et constant.

La vie se donne, se produit ici, dans l’instant, dans un renouveau permanent. Illusionnés, nous oublions ce surgissement originel. Nous ne retenons que ce que nous en faisons, les façons dont nous l’exploitons. Comme on se branche à une source d’énergie, nous l’utilisons pour nos projections et toutes nos constructions. Pourtant, en nous, le vivant scintille comme un cristal flamboyant. Malgré notre cécité, depuis toujours, il brille et nous prodigue sa force, sa chaleur et son amour.

(les commentaires ne sont pas ouverts pour cet article)

L'eau de la Vie

À travers la pleine détente, nous découvrons une assise, un repos absolu, que nous nous étions jusque-là refusés. Ainsi, nous réalisons la plénitude d’une Nature que nous croyions divisée, du fait des jugements et des oppositions conceptuelles que nous lui prêtions. Autant, nous avons pu nous identifier à toutes nos tensions, autant nous constatons que nous ne sommes aucune d’elles. Celles-ci nous ont traversés comme les nuages glissent dans le ciel. Si ce n’est que dans notre souvenir, en vérité, elles nous ont laissés libres et sans trace. Il y a tant de souffrances, de craintes et d’espoirs, que nous avons revécus, alors qu’en réalité ils n’étaient plus. C’est comme se réveiller d’un rêve ou d’un cauchemar. Surpris, nous redécouvrons la quiétude de notre chambre, ainsi que la chaleur d’un lit confortable.

Appartenir à notre Nature nous donne à vivre sa douceur, à partager une étreinte intime et familière. Sans aucune exception, sans aucune différence, nous sommes ses enfants. Dès lors, nous ne sommes plus perdus, tels des amnésiques ou des orphelins. Nous avons retrouvé notre place et l’honneur de notre lignée. C’est par cette appartenance, cette consanguinité, que dans le souffle de l’instant nous recevons directement le précieux héritage de la vie.

[quote align= »left » color= »#999999″]

Note : Nous n’avons pas le “ça tient tout seul”, ou l’évidence de “nous y sommes déjà”, parce que nous continuons de maintenir. Peut-être l’avons-nous compris et admis intellectuellement, mais pas “corps et esprit” avec l’entièreté de notre être. Il s’agit d’être confiant et de se lâcher, comme nous le faisons afin de trouver l’équilibre, afin de réussir à nager.

Note 2 : L’équilibre auquel je fais allusion n’est pas celui de l’acrobate. Généralement, nous parlons de « tenir » son équilibre, de le « garder »… En termes de confiance, c’est l’inverse. Il s’agit de se laisser tenir, de se laisser porter. C’est pour cela que j’associe cette notion à celle de la flottaison. Il est toujours possible de se maintenir à la surface en nageant. De même qu’il est possible de rester en équilibre en contrebalançant. Cependant, cela ne procure pas la libération de “celui” ou de “cela” qui tient et qui contrôle. “Cela” qui tient, qui maintient, n’est pas nécessaire. Nous pouvons le comprendre et l’admettre intellectuellement, mais ce n’est pas suffisant. Nous devons l’incarner afin d’en être concrètement libres. L’adhésion du corps n’est pas aussi abstraite. Ce dernier ne ment pas. Soit il s’abandonne et il flotte, soit il se tend et se met à couler. Ainsi, encore, il nous faut contrôler.

Note 3 (suite à un échange avec Yves) :

La formule que j’utilise depuis bien longtemps : “le poing cherche la main”, illustre ce que j’essaie d’exprimer. Fondamentalement, il n’y a aucune différence entre le poing et la main. Cependant, le poing se sent différent. Il se “sent”, ça ne veut pas dire qu’il l’est !

Dans notre recherche pour comprendre et résoudre cette sensation de différence, nous engageons essentiellement notre esprit, notre intelligence. Nous ne faisons pas une complète remise en question. Alors, le “rôle” ou le “personnage” auquel nous nous identifions prend en charge la quête de l’éveil. Comme on dit, nous sommes à la fois juges et coupables. Nous “comprenons” le fonctionnement de l’illusion, mais nous ne parvenons pas à la désamorcer.

Ce que j’essaie de dire est qu’il ne suffit pas de “comprendre” pour que l’illusionnement cesse. Il nous faut aussi nous impliquer avec notre corps de façon concrète. La distance que nous avons à parcourir n’est pas celle de l’intelligence, mais celle de la confiance. Au final, elle s’incarne dans le corps. Le déclic de l’éveil c’est comme apprendre à faire du vélo, ou à nager. L’équilibre ce n’est pas un ajout, un talent qui vient de l’extérieur, c’est la confiance que cela est déjà en nous. Nous devons faire confiance au fait que la main est dans le poing. C’est pour nous la seule façon de la détendre, pour qu’ainsi nous ayons la preuve qu’il n’y a rien besoin de tenir.

Généralement, tout le monde parvient à faire du vélo. Ce qui aide à franchir le pas, c’est d’enlever les petites roues que l’on a rajoutées à l’arrière. Aussi, pour nous, ces « petites roues », c’est notre masque, notre personnage avec ses histoires…

“Il nous faut aussi nous impliquer avec notre corps de façon concrète.” ?

Je veux dire “l’habiter”, comme notre maison de vie. Si nous sommes “chez-nous” dans notre corps, nous pouvons nous détendre et faire confiance. Comment nous sommes détendus dans le corps, nous dit quelle est notre adhésion à la vie.

C’est seulement par une adhésion complète, totale, comme sur l’eau, que l’on peut savoir qu’elle nous porte. La révélation, la libération, vient de voir, de constater, d’expérimenter, que c’est la vie qui nous porte, que ce n’est pas nous qui la portons. Alors, il n’y a plus besoin de nous cacher derrière un personnage, un ego, des stratégies…

Dans cette vie, à chaque fois que nous avons pris confiance, alors, nous avons lâché la main ou la rambarde à laquelle nous nous tenions.

On lâche ce qui nous a aidés, mais qui à présent nous encombre et nous empêche de vivre notre capacité. Ce lâchage est naturel et systématique ! Lorsque l’on sait nager, on se débarrasse de sa bouée. Le corps devient la « bouée ». Il est l’appui, le véhicule qui nous porte et qui nous lie à ce monde.

[/quote]

Amour en Soi

Bien que la Présence soit là, combien de temps la vivons-nous ? Combien recevons-nous ce don avec la joie et le contentement qu’il procure ?

La majorité de notre temps journalier est dédié à l’illusion. Cependant, afin de vivre la Présence, il n’est pas nécessaire d’avoir du temps et de se trouver devant un paysage inspirant.

Tout au long de la journée, la Présence nous accompagne, que ce soit dans le métro, au travail ou au supermarché… Nous prétextons qu’il s’agit d’une question de disponibilité et d’environnement. Selon moi, cela relève davantage d’une ignorance et de notre conditionnement. Nous avons pris l’habitude de nous distraire, de nous éviter, à travers toutes nos activités. Par se distraire, j’entends s’oublier, se détourner de soi et de l’Ouverture simple qui Est. Aujourd’hui, cette base ordinaire nous apparaît vide, déroutante et ennuyeuse. Pourtant, il s’agit de la Nature spacieuse, accueillante et généreuse, que nous touchons dans l’amitié, la paix, la liberté auxquelles nous aspirons. C’est ce champ d’appréciation, de plénitude radieuse, qui s’ouvre et nous comble dans nos bonheurs.

Lorsque nous nous retrouvons inactifs, rapidement, nous sommes encombrés de nous-mêmes. Nous parlons “d’ennui”, mais dans ce face à face, c’est une gêne et de l’inconfort que nous ressentons. En fait, c’est notre personnalité qui découvre son impersonnalité. Le limité commence à se déplier dans l’illimité. Sans doute, il y a cette peur de ne plus exister. Aussi, nous voudrions faire marche arrière. Pourtant, ce n’est que le “rôle” qui s’efface, et ainsi, qui révèle l’être qui l’anime.

Afin de changer, d’inverser nos tendances, c’est une démarche d’apprivoisement et d’accompagnement que nous devrions engager. Doucement, sans plus ré-agir, sans plus dramatiser, décider de nous rapprocher… s’autoriser… rendre possible ou valide la rencontre, la gratuité dans l’Ouverture. Lorsque nous cessons l’évitement, l’occupation, le jugement, nous sommes en notre propre compagnie. La Présence nous accueille, s’accueille… Elle est présente à elle-même, autant qu’elle l’est à l’ensemble. Elle reçoit sa propre radiance.

Pour éclairer une pièce, d’abord la lampe s’illumine. Ainsi, avant tout, nous sommes notre propre lumière, nous sommes amour en Soi.

“La Présence est spontanée.”

Cette simple affirmation devrait suffire à nous désarmer et à pacifier nos ambitions.

Cela dépend de notre “écoute”, de combien nous ENTENDONS.  

Nous ne sommes pas différents de cette Présence.

Elle est ce que nous sommes en Nature.