L'illumination dans l'Écoute

Un don s’actualise, une vérité se dit, mais cela nous ne le voyons pas parce que nous ne sommes pas disponibles. Nous sommes emplis de nous-mêmes et de toutes nos idées, aussi, il n’y a pas la place. Comment Voir et vivre la Nature du monde, telle qu’elle est, lorsque nous projetons en permanence sur elle ? L’êtreté nous en parlons beaucoup, mais combien la vivons-nous, la laissons-nous éclairer notre vie ?

Au nom d’une pseudo liberté intellectuelle, certains jugent, interprètent, contredisent mes propos. Les personnes illusionnées savent mieux que celui qui est éveillé. Si vous voulez, très bien, c’est comme ça… Mais à quoi ça les avance ? À se prouver qu’eux aussi ils ont une sagesse et le pouvoir de l’éveil ?

Je ne suis qu’un vecteur. Je ne prétends pas dire la vérité, car celle-ci se proclame d’elle-même, spontanément. Tout est vrai (nous inclus), tout le temps, et rien ne sera plus vrai que ça ne l’est actuellement. En avoir la seule compréhension intellectuelle ne fait pas qu’on en jouit concrètement au quotidien. Par contre, c’est dans le contact, dans notre écoute, dans notre regard, qu’enfin cela apparaîtra. Aussi, permettez-vous d’être rejoint. Rendez-vous disponible, réceptif, en communion… L’enseignement ultime et salvateur réside, se révèle, à travers notre capacité d’écoute et non dans la transmission d’un quelconque secret.

2 réponses sur “L'illumination dans l'Écoute”

  1. C’est la quête de l’éveil qui produit cette illusion de savoir que toi qui es éveillé

    tu es un étendard brandit dans le monde pour montrer qu’il existe autre chose que la vie par la tête

    mais ce qui se passe pour celui qui quête c’est qu’il t’aborde par la tête, par la réflexion, et à partir de là la copie est facile la falsification quand ce n’est pas le cœur qui écoute on s’invente un rêve un but a atteindre sans cesse et une illusion qui tombe ont là reprend aussi vite j’aurais du faire comme ci comme cela encore une souffrance mais qu’est que cela peut on reprend son cheval on remonte et recommence a courir après cette quête de l’éveil on a appris la souffrance on en a fait notre vie et là tout ce qui peut ce passer et considérée comme normal, mais descendre du cheval cesser tout cela pourrais être un vrai drame le danger ultime serais de cesser de souffrir.

    S’installer prés de toi et se laisser toucher dans le silence et une expérience dangereuse

    vraiment te rencontrer denis ce qui t’habite vient toucher chacun d’entre nous avec un amour infini qui offre quelque chose où il n’est pas possible de mettre des mots mais la tête cherche des mots a posées ce mystère qui se vit est …. bla bla bla ……..

    Je t’ai rencontré à paris est deux choses se sont passées, un mental qui veut qui veut je dirais même qui peut partir au galop si tu y mets autre chose que le regard

    et une chose incroyable la vie du silence qui t’habite qui nous rencontre qui nous touche, qui nous convie et là je n’ai pas de mots pour cela juste merci.

    Voilà j’ai fini, je ne veux rien prouver par cela simplement partager ce qui s’est passé dans l’instant à la lecture de tes mots.

    marilyne

  2. Ce billet me pousse à exprimer un ressenti qui il me semble doit être vécu par beaucoup dans ce partage à travers ton site :

    Ce qui y est dit « est entendu » comme une écoute de soi-même, un contact qui nous concerne tous directement !

    En ce qui me concerne « cette pseudo liberté intellectuelle » n’a pas cours ! Et il me semble que dans ce site je ne la ressente pas.

    Cette « détermination ultime » décrite dans ta dernière vidéo, met l’accent sur l’ensemble de tous tes billets (ne pas en reprendre, vous êtes arrivés avant de partir etc….etc…)nous sommes là directement dans le ressenti, je dirai, dans la sensitivité de la perception dans sa totalité !

    Le corps, le sensible, le vivant s’actualise, s’approfondit sans qu’une intention, une volition personnelles puissent s’y glisser ! et si celles-ci à travers l’histoire, l’imagination, les pensées la mémoire s’y glissent , elles se défont d’elles-mêmes !

    Il s’agit vraiment d’un « ressenti, d’une écoute » ouverte, accueillante, confiante en quelque chose qui nous contacte, ce qui vit en nous, et les mots là dedans ne sont que peu de chose, sauf lorsqu’il s’exprime à travers ce vivant qui nous parle !

    « Je ne suis qu’un vecteur. Je ne prétends pas dire la vérité, car celle-ci se proclame d’elle-même, spontanément. »

    -en lisant cela, je me demande bien qui peut en douter ?

    Car tous ce que tu dis « n’est que l’expression de notre propre résonance et reconnaissance qui ne concerne que nous, ici » !

    Pour moi , il s’agit d’un vécu où la priorité se fait d’elle-même dans cette disponibilité et cette écoute qui nous saisit ! il ne reste plus grand-chose d’une histoire, hormis l’instant vécu et ressenti ! et quand le zapping intervient il est comme désamorcé par ce silence, présence (peut importe les mots) qui EST déjà là !

    Tout cela pour répondre à ton billet qui billets après billets révèlent notre absence pour mieux ressentir et vivre en tant que présence qui s’impose d’elle-même, où l’aspect « compréhension intellectuelle » devient dérisoire devant le vivant qui se vit en l’instant car rien ne peut accrocher !

    Voilà je voulais aussi témoigner que ce qui est lu, ici, est d’abord « entendu, ressenti, vécu » et accueilli comme soi-même, sans secret, ni transmission car il n’y a que nous avec nous ! Pas de jeu d’éveil, de sagesse ou je ne sais quoi…mais qu’est-ce qui est vrai, important, qu’est-ce qui demeure ici, là en moi !

    Merci Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.