Le point zéro

Nous y sommes lorsque ce que nous définissons comme “rien” ou “vide” nous convient, que cela est suffisant. Enfin de compte, nous le reconnaissons comme notre propre espace.

Le point zéro, c’est généralement l’état que l’on évite, car il nous fait “flipper”. Pourtant, malgré toutes nos précautions à l’esquiver, nous finissons par tomber dessus. En gardant une certaine ouverture, il se pourrait que ce “temps mort”, tant redouté, nous apparaisse sous un jour nouveau.

Supposons que nous assistions à une projection et que le film casse. Nous serions alors plongés dans l’obscurité. Nous voici interrompus, privés de tout spectacle. Aussi, la tentation de réagir et de contester cette situation serait grande. Toutefois, par-delà notre déception, nous pourrions aussi réaliser que ce “rien” dans lequel nous sommes ne nous rejette pas. Au contraire, il semble mettre en évidence un “espace”, une “ouverture”, une “continuité”, un “autre temps”… Finalement, nous pourrions trouver ici l’occasion d’expérimenter, de rencontrer, la Présence que nous Sommes au milieu de la Nature absolue.