A travers le miroir

A travers le miroir

Passer à travers le miroir, c’est passer à travers le mirage de ses propres idées. C’est traverser l’écran conceptuel que nous superposons à la Vue spontanée.

Il n’y a que celui (celle) qui se croit “dehors” qui veut entrer “dedans”. Il n’y a que celui (celle) qui se croit “personnel” qui veut être “impersonnel”. Il n’y a que celui (celle) qui se croit “divisé” qui recherche “l’unité”… En prise à l’illusion, nous remplaçons une vision conceptuelle par une autre, sans réaliser la vacuité et la vanité* de l’ensemble de nos projections.

_ _ _

Note : De croyance en croyance, nous finissons par nous dépouiller. 

Nous commençons à vivre l’instant en direct, nus, sans chercher à “mixer” notre imaginaire avec le réel.

Nous réalisons que la stratégie qui consiste à “ne rien faire” est aussi de trop. Quelque chose ici retient encore le vieux système et dénote une temporisation, un recours envers la croyance.

S’il s’agit de la Nature de tout l’univers, elle ne peut pas résulter ou varier en fonction de nos entreprises, de nos intentions, de nos compréhensions et de nos alternances… Tous les mouvements de l’eau font partie de l’eau. Les vagues ne sont pas d’une autre substance. Toutes nos gesticulations n’ajoutent ou ne retirent rien à la Nature éveillée. Que nous affirmions une chose ou son contraire, cela est sans effet au sein de l’Ouverture qui nous le permet. Les changements sont comme des symboles, qui n’ont d’importance que dans l’esprit conceptuel selon les règles et les croyances qu’il s’est données.