“Être d’accord” pour suspendre

“Être d’accord” pour suspendre

Lorsque nous sommes pleinement d’accord pour “nous arrêter”, pour suspendre notre “jeu”, cela n’est pas un effort. Il ne s’agit pas d’une rétention, pas d’une posture, pas d’un immobilisme, mais d’un repos naturel, d’un appui sur notre “base”.
Notre corps n’a pas besoin de se tenir pour rester en appui sur la terre. Notre esprit non plus n’a pas besoin de se tenir afin de s’appuyer sur le Ciel.
L’esprit ordinaire est prompt à s’ennuyer et à rejeter l’ouverture. C’est comme lorsqu’il fait face aux situations telles que le silence, l’attente, l’absence, le vide, l’immensité, etc. Toutes déplaisent à notre personnage parce qu’elles lui laissent pressentir qu’il n’est personne.