Se conformer à ce que nous Sommes,plutôt qu’à ce que nous pensons.

Branchez-vous sur la vie. Rafraîchissez-vous à la saveur du vivant et de la clarté spontanée.

Nous pouvons penser bien des choses, mais toutes ces pensées sont vides. Elles n’ont pas le pouvoir de nous nourrir. Seul, le vivant nous rend vivants. Goûtez la source vibrante et jaillissante qui provient du cœur.

Joie et amour sont les vraies nourritures.

« Aller dans la Lune »

Je me souviens qu’enfant, l’on nous reprochait d’être soi-disant distraits et perdus dans nos rêveries. Il est probable que nous l’étions parfois. Cependant, je me rappelle de la clarté des yeux de mon frère et de ce que moi-même j’expérimentais alors. Nous n’étions pas dans une simple rêverie, mais nous plongions dans une « vision intérieure ». Nous étions « dans la lune ». Nous étions en contemplation, fascinés de l’absolu. Nos yeux devenaient d’un bleu profond et se remplissaient de l’insaisissable. Nous devenions comme immatériels.

Il y a en nous cette vision, cette perspective infinie, ce ciel, mais combien nous y attardons-nous ? Cet infini n’est pas vide, n’est pas un néant. Il est l’ouverture du cœur ; l’espace sacré de Vie. Ici, il n’y a rien à « regarder » ou à « saisir ». Il n’y a pas d’enjeux, mais cela nous place dans le fait de « Voir ». En nous tournant, en nous ouvrant à ce ciel, à cette clarté, nous découvrons et actualisons une contemplation spontanée. Nous goûtons l’ivresse d’une grâce et d’un don infinis.

Donnez… et vous serez plein de vie.

Donnez… car cela se donne en vous-mêmes. Ne donnez pas avec un esprit de calcul et dans l’espoir d’un retour. Donnez parce que cela vous fait plaisir. Parce que cela vous ressemble et honore votre nature. La seule façon de comprendre le « don » est d’être généreux. Être généreux dans ce cas n’est pas appliquer une vertu, mais c’est se conformer à ce que nous sommes intrinsèquement. Se dessaisir de toute histoire est une façon d’être généreux et d’appartenir au vivant.