« Aller dans la Lune »

« Aller dans la Lune »

Je me souviens qu’enfant, l’on nous reprochait d’être soi-disant distraits et perdus dans nos rêveries. Il est probable que nous l’étions parfois. Cependant, je me rappelle de la clarté des yeux de mon frère et de ce que moi-même j’expérimentais alors. Nous n’étions pas dans une simple rêverie, mais nous plongions dans une « vision intérieure ». Nous étions « dans la lune ». Nous étions en contemplation, fascinés de l’absolu. Nos yeux devenaient d’un bleu profond et se remplissaient de l’insaisissable. Nous devenions comme immatériels.

Il y a en nous cette vision, cette perspective infinie, ce ciel, mais combien nous y attardons-nous ? Cet infini n’est pas vide, n’est pas un néant. Il est l’ouverture du cœur ; l’espace sacré de Vie. Ici, il n’y a rien à « regarder » ou à « saisir ». Il n’y a pas d’enjeux, mais cela nous place dans le fait de « Voir ». En nous tournant, en nous ouvrant à ce ciel, à cette clarté, nous découvrons et actualisons une contemplation spontanée. Nous goûtons l’ivresse d’une grâce et d’un don infinis.