Dès que nous serons d’accord

Dès que nous serons d’accord

J’entends, parfois, certains se plaindre de ne pas aboutir à la libération, malgré leurs efforts et le nombre des années.

Ces facteurs ne représentent pas la condition principale. Si, comme je l’ai déjà souligné, “l’empêchement” c’est nous-mêmes, qu’attendons-nous pour arrêter de jouer à notre “personnage” ? Qu’attendons-nous pour exister “en vérité” ?

C’est seulement parce que nous y jouons que le jeu persiste. Cela ressemble à un défi schizophrénique dans lequel on essaie d’attraper son ombre. Plus nous avançons, plus elle nous échappe. La solution la plus simple c’est de s’arrêter. Le voulons-nous vraiment ? L’avons-nous décidé ?