La saveur du sacré

Si vous avez reconnu la dimension du sacré, l’atmosphère qu’il procure, contempler s’en trouve être une conséquence naturelle et inévitable.
Le sacré n’est pas que la préciosité ni le caractère révérencieux qu’on lui associe généralement. Le sacré provient du cœur. Il est son baume. Il n’est autre que la Lumière, que l’Amour divin qui s’en élève tel le parfum d’une fleur.

Partager :

A lire également