La vision nue

Il y a une nature, une présence première, qui reste première. Quoi que l’on fasse, quoi que l’on manipule, elle reste première. Ce n’est donc pas une manipulation qui va faire qu’elle le devienne, puisqu’elle est déjà première. Ce n’est pas non plus une manipulation qui va faire qu’elle ne le soit plus, puisque sans cette primauté il n’y a rien à manipuler.

Si nous prenons une feuille de papier et que nous la manipulons ; elle reste du papier. Par exemple, nous pouvons en faire une boulette, une cocotte, un bateau, une fusée, etc. Que nous construisions, que nous détruisions, ce n’est que du papier qui ne devient pas “autre chose”.

La vision nue est un “Voir” direct. C’est “Voir” le papier, “Voir” la continuité de la Nature dans toutes ses formes. Aussi, ce n’est pas une manipulation, qui va nous le révéler. C’est ce Voir spontané, fidèle, honnête, qui nous ouvre à cette unité fondamentale. Nous demeurons indifférenciés par-delà les changements et les formes successives. Il y a un regard “héroïque”, originel, autosurgissant, qui ne connaît pas de “second” dans lequel s’oublier, s’impliquer et s’illusionner.

Inspiré par le texte “Autolibération par la vision nue de la nature de l’esprit” de Padmashambava

3 réponses sur “La vision nue”

  1. Bonjour Denis,

    merci de nous rappeler cet angle de vision concernant le voir dans une attention totale non préméditée,qui ne permet aucune réflexivité,aucun retour sur image et ouvre le champ à la totale présence où le voir et le vu sont un,où le voyeur n’est plus et la vision ce qui est vue.

  2. oui, merci Denis, sans ce voir total, déjà là, multidimensionnel non dirigé, mais Présence , étant « ce qui est » où serait, que serait et dans quoi serait « l’apparence » des formes ,des sensations, des perceptions et des pensées? Comme tu le dis souvent ; » nous sommes déjà là avant » et la détermination Ultime et « cet instant toujours ouvert que nous sommes » tout peut aller et venir « on EST »! Merci infiniment de cette pureté d’expression!

  3. Bonjour,

    Merci Denis pour cette « pureté d’expression » comme dit Vincent.

    De la Vision nue, il en va de même de l’Ecoute nue, il me semble que l’on pourrait remplacer la terme « Vision » par celui de l’Ecoute (des sons, des mots…).

    Amitié,

    Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.