Les gesticulations du rêveur

Le réveil n’a rien à voir avec le rêve. Il n’est donc pas nécessaire d’intervenir sur le rêve pour s’éveiller. Lorsque nous nous agitons et aussi lorsque nous méditons, c’est en rêve que nous le faisons. Tout « faire » et « non-faire » appartiennent au rêve.
Généralement, nous préférons regarder un bon film au cinéma. Pourtant, que le film soit bon ou mauvais, c’est toujours du « cinéma ». Dans les deux cas, lorsque le film s’arrête nous nous retrouvons dans le même fauteuil, dans la même salle, face à la même réalité.
Pour notre libération, nous pensons qu’il nous faut « bouger » ou « changer » alors que c’est l’inverse. Nous avons à nous reconnaître en « ce » qui ne bouge pas, en « ce » qui est immuable et auquel nous appartenons.