Se fuir !

Se fuir !

Si nous étions honnêtes, nous reconnaîtrions que nous fuyons la présence et l’instant. Nous verrions comment, de minute en minute, nous cherchons à nous en distraire.
Aussi, à quoi bon gâcher notre temps et notre énergie à nous ancrer dans la présence, puisqu’au fond ce n’est pas ce que nous souhaitons !
Nous savons qu’il est vain de régler un problème sans préalablement en avoir trouvé la cause. Nous ferions mieux d’admettre que nous ne voulons pas être ici, au regard de notre agitation pour être “ailleurs”.
Le comble est que malgré nos tentatives répétées de fuir l’instant, nous n’y parvenons pas. Tous nos “ailleurs”, nos “gesticulations” s’actualisent inévitablement ici, dans ce même instant dont nous ne pouvons nous échapper.