S'oublier pour se trouver

Il s’agit de se détendre, de s’appuyer, afin de s’accueillir dans “ce qui reste”. C’est précisément l’appui, le fait de s’en remettre, qui révèle “ce qui reste”. C’est probablement un acte de foi. En dernier lieu, il ne peut rester que la Nature, l’origine, le non-né, l’essentiel.

Nos idées, nos sentiments, nos certitudes, vont et viennent au cœur de l’instant. Cependant, la Présence naturelle demeure immuable comme le ciel. Depuis toujours elle nous porte. Aussi, tout ce que nous-mêmes pouvons porter, c’est grâce à elle.