Perdre l'esprit

Ce n’est pas tant ce qui se dit qui importe lors des rencontres auxquelles vous venez, mais les moments de rupture et d’ouverture que cela produit dans notre continuum. La réalisation ne repose pas sur une “compréhension”, sur une explication plus aboutie. Ce n’est pas quelque chose que l’esprit peut saisir étant donné que c’est la Nature même de l’esprit. Nous pouvons modeler et remodeler une boule de glaise ; elle reste de la glaise. C’est dans un relâchement, une perte, une ouverture, que nous reconnaissons que nous nous trouvons en adhésion à vivre directement la Nature.

Au beau milieu du Ciel

Où passent les pensées, d’où viennent-elles ? Il ne s’agit pas de trouver un lieu, mais de “capituler”, de s’abandonner face à l’ouverture infinie. Ce que l’on définit comme vide ne l’est pas. Par contre, cela est sans prise et profond.

Après, c’est une question d’honnêteté avec soi. Si vous pensez que les paroles sont plus vraies que ce qui en est l’origine, c’est à vous de voir. Cependant, une fois que vous avez affirmé une chose, que reste-t-il ? Continuer la lecture de « Au beau milieu du Ciel »

Corps & esprit

Arriver ici, où nous sommes. Cette “arrivée” contient tout. Au premier abord cela semble basique et simpliste. Pourtant, toute la Vérité est là, déjà pleine de vie, de lumière et d’amour. Le plus souvent, c’est avec l’esprit que nous cherchons et, de ce fait, nous ignorons la vérité du corps et son enseignement. Prendre appui sur le corps peut être un soutien merveilleux. Aussi, nous ne devrions pas négliger d’habiter notre chair ; “Le corps est le temple de l’esprit.” Continuer la lecture de « Corps & esprit »

Comprendre ou réaliser

Nous ne sommes pas notre esprit. Que sommes-nous alors ?

Face à ce questionnement, nous pourrions être tentés de réfléchir et faire à nouveau appel à l’esprit.

Il y a donc une façon “élémentaire” d’entendre la question. Ainsi, au lieu d’un raisonnement, pour toute réponse, nous “tombons” dans la Présence. Le fait de réaliser ce que nous ne sommes pas, “ramène” à ce que nous sommes, à l’origine de toutes pensées. Rien, pas un mot ne peut dire ou montrer ce qu’est “la vérité”. Indépendamment de toute conceptualisation celle-ci se dit, celle-ci se montre d’elle-même.