Tous nos jeux s’épuisent !

Tous nos jeux s’épuisent !

Encore, nous donnons la place et l’ascendance à notre esprit ordinaire. Nous le laissons déterminer le juste de l’injuste, le vrai du faux, ce qu’il y a à faire de ce qu’il n’y a pas à faire.
En fait, rien n’a changé. Nous regardons notre reflet dans la glace et nous écoutons notre écho intérieur, comme s’il existait “deux”. Comme si un aspect de nous était légitime pour en commander un autre.

Nous sommes notre propre public au petit théâtre de notre vie. Tous les jours nous jouons cette même “comédie”. Pourquoi ne reconnaissons-nous pas la “scène” inchangée, l’instant immuable qui survit sans condition à tous nos jeux ?

Encore, nous retenons cela qui ne compte pas et qui s’évanouit de lui-même, qui déjà n’existe plus. Encore, nous ignorons cela qui importe, qui perdure sans que jamais il ne faillisse pour notre évidence.