L’arbre qui cache la forêt

Ne laissez pas une pensée s’interposer entre vous et la vérité. Il ne s’agit pas de les contenir, mais d’en reconnaître leur nature l’illusoire. Elles sont pareilles à des reflets évanescents dans votre esprit. Elles n’ont de pouvoir que celui que vous leur donnez. Elles sont comme des marionnettes, auxquelles vous prêtez votre voix et votre énergie. Elles viennent de vous. Vous ne venez pas d’elles. Ce que nous sommes n’est pas du domaine des idées.

Partager :

A lire également