Cela que nous voulons voir

De regarder le grain de sable du château, par-delà sa forme, nous révèle sa nature immuable. Rien n’est caché. Nous regardons “cela” que nous voulons voir.
Il en va de même pour notre essence et l’Éclat qui nous anime. La nature de l’Esprit n’est pas l’histoire ni les théories que l’illusion s’invente. Invariablement, sans condition, elle brille. La “lampe du projecteur” est la source non conditionnée, libre d’histoire, qui précède tous les cinémas !

Partager :

A lire également