Cela qui reste, reste !

Cela qui reste, reste !

Aujourd’hui, nous n’osons pas nous abandonner à la “non-pensée” parce que nous ne connaissons que la pensée. Nous ne nous connaissons pas dans sa nature première.

Aujourd’hui, nous n’osons pas nous abandonner au silence parce que nous ne connaissons que la parole. Nous ne nous connaissons pas dans son silence.

Aujourd’hui, nous n’osons pas nous abandonner dans la non-action parce que nous ne connaissons que le mouvement. Nous ne nous connaissons pas dans son immobilité.

Si nous voulons nous connaître par-delà toutes nos expressions, nous devrions nous permettre de vivre dégagés d’elles. S’abandonner à la vérité de l’instant fait tomber tout jugement et permet de rencontrer l’essence de vie, le divin présent en Soi.
C’est en l’éternel, en “Cela qui reste”, que s’impose notre Visage incréé, source de toute manifestation.