Quelle gloire ?

Quelle gloire ?

Nous sommes prompts à des changements extérieurs, mais il est plus difficile d’opérer le changement intérieur. Nos lectures, nos diverses pratiques, notre discipline de vie sont surement une aide et une inspiration. Cependant, le vrai changement, la vraie libération se déroule sur le “terrain”. C’est au contact de l’illusion que nous pouvons reconnaitre l’emprise qu’elle exerce et la déjouer, sans plus y prendre part. Le rapport à autrui et le théâtre de la vie quotidienne sont des lieux de transformation que bien souvent nous négligeons.
La voie de la contemplation ne consiste pas à arranger notre illusion ou à la fuir, mais à la perdre, à s’en défaire. Laisser tomber le personnage et son histoire ce n’est pas juste les amoindrir ou les censurer. Ce qui va nous aider concrètement, c’est de ne plus “jouer”, de ne plus entrer dans le jeu, ce qui implique de laisser tomber les enjeux de gain et de perte.
Actualiser la contemplation, c’est ne plus prétendre à aucune gloire, à aucun avantage “terrestre”. A l’inverse, pour toute situation, c’est de donner, c’est d’abandonner les valeurs de perdant et de gagnant, de défaite et de victoire. C’est ne plus s’inquiéter d’occuper la “meilleure place”. Ainsi, nous obtenons de vivre la Liberté et la Gratuité immuables de l’Ouverture.