Il n’y a personne !

Il n’y a personne !

En vérité, nous sommes seuls et uniques, sans rivalité présente en nous. Illusionnés, nous ne faisons que discuter avec notre reflet, avec notre propre écho. Pourtant, le “second” imaginaire n’a jamais existé.
Nous pourrions converser, faire comme si nous étions deux une vie entière que cela ne changeait rien à ce que nous sommes véritablement.

Il est difficile d’arrêter d’être “mental” en usant du mental. C’est en amont que cela se joue. C’est notre volonté qui décide d’une justification et d’une implication par le média de la pensée.