L’illusion d’un ailleurs

L’illusion d’un ailleurs

L’éclat de notre conscience n’alterne pas, ne s’éteint pas. C’est seulement nous qui nous en détournons, qui le fuyons et l’oublions pour nous donner une pseudo-indépendance.
Si nous reconnaissions la vanité de nous distraire, qu’en réalité nous n’allons nulle part, qu’il s’agit seulement d’une stratégie du personnage pour exister de façon virtuelle, alors naturellement, sans effort, nous serions ici, dans la Présence, libérés de toute l’idée d’un “ailleurs”.