La prison du personnage

La prison du personnage

Au lieu de méditer ou de contempler et de rechercher une certaine “émotion spirituelle”, nous ferions mieux de nous concentrer sur nos points faibles.
Qu’avons-nous mis en œuvre, quels engagements avons-nous pris afin de nous défaire du personnage ? Si nous ne vivons pas la “vision pure”, si nous ne goûtons pas la “fraîcheur” du vivant à travers un renoncement au quotidien, c’est le statuquo. Encore, nous donnons le champ à la vision illusionnée.
Que faisons-nous, quels moyens, quel temps, quelle énergie consacrons-nous réellement pour changer, pour échapper à cette emprise ?