Zapper de pensée ou zapper de l’esprit ?

Le problème ne tient pas dans l’illusion, mais dans le fait de « s’illusionner ». S’illusionner vient de nous et repose sur une (des) croyance (s), un jeu et sa constante actualisation. Le jeu n’a de réalité que celle que nous lui prêtons, encore et encore. La question de réduire le jeu ou de tenter d’échapper à l’illusion ne l’invalide pas, mais lui redonne un nouveau sens et nous autorise à y croire encore, mais différemment. Cela ne fera pas nous reconnaître en « celui » en « ce » qui donne vie au jeu.

Voulons-nous la Vérité, ou bien juste nous « sentir vrais » dans l’illusion ?