“Bonjour chez vous”

Il y a parfois une pression qui nous taraude dans notre quête de l’éveil. Confiant de ce que nous désirons plus que tout, nous pourrions peut-être relâcher la bride. Cette tension du devenir, en fait, nous empêche d’être juste ici, dans l’appréciation de l’instant.

L’éveil passe par l’ordinaire. Aussi, il s’agit de renouer avec la simplicité, avec notre innocence. Il s’agit d’oublier notre dessein, nos stratégies, pour seulement réaliser ce contact, cette appartenance à la vie. C’est comme se satisfaire d’un petit éveil, d’un éveil modeste. Il y a une façon simple de se “rafraichir”, de permettre à notre bon cœur, à notre cœur aimant de rayonner et de s’élever paisiblement, tel un soleil matinal sur l’horizon.

5 réponses sur ““Bonjour chez vous””

  1. Oui Denis

    on dirait qu’il y a une sacré résistance

    à l’idée d’un « éveil ordinaire » …

    Merci pour le café du matin,

    une prochaine je peux prévoir les croissants…

    en communion

    Jean-Claude

  2. Bonjour à vous!

    Il semble bien qu' »on » ne se satisfasse pas d’un « éveil modeste et ordinaire »…

    Lâcher la bride..cela me parle surtout dans certains moments de désoeuvrement et d’ennui ou justement il n’y a plus simplement l’appréciation de l’instant!

    Ce café avec les croissants de JC est comme un baume au coeur…

    il s’agirait de renouer avec cette simplicité innocente…mais comment?

    La réponse est sans doute au centre de « nous-même »….là ou nous sommes trop rarement!!

    Merci pour le partage,de tout coeur avec vous…

    odile

  3. Cher Denis,

    Chers vous tous,

    Je suis allé récemment à l’hôpital pour traiter un abscès dentaire. C’est incroyable, cette acceptation de la maladie, cette acceptation de la situation, de se laisser conduire par l’infirmière et le médecin, cette acceptation de se laisser traiter. Le mental s’est tu. Après coup, trois jours plus tard, je me suis demandé pourquoi cette acceptation ne peut venir que dans des moments exceptionnels. Pourquoi cette acceptation n’est pas d’actualité quand il s’agit de choses ordinaires, de la vie au jour le jour. Et j’ai VU que je suis continuellement en bataille. Tout comme pour cette recherche de l’éveil qui nous crispe au lieu de nous libérer de toute tension. Même quand nous nous disons d’arrêter toute recherche et de vivre tout simplement, il y a là, une stratégie subtile du mental qui nous attend au tournant.

    Bien à vous tous.

  4. Bonjour Denis, bonjour vous tous

    Je retiens deux phrases qui me parlent : 1- « Confiant de ce que nous désirons plus que tout, nous pourrions peut-être relâcher la bride. » C’est très simple, mais c’est « un fait » car cette confiance est là sans se l’expliquer c’est un pressentiment, une conviction profonde qui en quelque sorte préexiste avant toute pensée et qui permet en reposant sur cela de vraiment lâcher la bride

    2- « C’est comme se satisfaire d’un petit éveil, d’un éveil modeste » très juste et tellement vrai, car que cherchons-nous de plus que ce qui est « là » ? Étrange manie que de valider le mental, la pensée de nous-mêmes pour se laisser fasciner, entraîner par une histoire qui en fait ne nous concerne pas d’ici, de là où nous sommes.

    Merci Denis de nous rappeler simplement à ce qui est si proche et tellement plus nous-mêmes que ce que « nous pensons de nous » !

  5. Cette ouverture du coeur est spécifique pour chacun, pour moi je l’ai ressentie il y a quelques jours en balayant, des mots qui surgissent de mon intériorité formant un texte, provoquant cette ouverture grande ou petite ce n’est pas là l’importance.

    C’est de ressentir cette force d’amour qui vous bouleverse qui vous aime, vous vous faites l’amour, ça aime aime aime !!!!

    Amitiés à vous tous Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.