Tout de suite

Nous assumons plus nos idées que l’ouverture dans laquelle elles apparaissent. Aussi, c’est à travers des idées que nous essayons de comprendre l’espace. Encore, nous voudrions qu’il s’exprime à travers une autre forme. Encore, nous intervenons. Encore, nous minimisons et atermoyons, ne trouvant pas cette vérité conforme à notre attente. Pourtant, tout de suite, cet instant, cette vie, cet espace nous embrassent inconditionnellement.

5 réponses sur “Tout de suite”

  1. Cher Denis,

    En fin de compte, c’est bien la pensée (nos idées) qui est un obstacle à l’ouverture.

    Bien à toi.

  2. Le vent de l’été dans le feuillage de St Siffret

    tendrement

    nous mumure au creux de l’oreille:

    « Quelle est la vérité de ce que tu crois ? »

    ….

    Juste écouter

    Prendre appui sur la chaise

    C’est simple

    Il y a le va et vient du souffle

    Comme une caresse

    « Automatiquement la vérité est là… »

    bonne journée

    Jean-Claude

  3. oui Denis c’est tellement simple et direct ce que tu énonces, que mis à part cette vieille habitude de saisir le contenu de la pensée pour valider sans cesse le reflet, ici, en cet instant sans temps, l’espace nous embrasse en permanence!

  4. Oui

    merci à St Siffret d’accueillir la vérité

    mais aussi merci

    à la chaise

    juste là devant l’ordi

    ici et maintenant

    sans aucune arrière pensée

    merci d’accueillir mon postérieur

    sans aucune arrière-idée

    merci d’accueillir la vérité

    tendresse

    Jean-Claude

  5. Bonjour Jean-Claude, bonjour Vincent,
    Cher Mouloud, pour répondre, j’aurais tendance à dire que c’est la croyance qui “crée” l’obstacle. Les pensées sont des marionnettes sans vie propre. Voilà qui nous renvoie à cette interaction entre fond et forme. Si la forme n’est autre que le fond et inversement, il ne peut y avoir un réel obstacle avec un “second”. Cependant, nous sommes confrontés à un écho, à un reflet qui nous ressemble. Cela nous laisse croire en une extériorisation, en un “autre” envers lequel nous développons une relation duelle.
    Bien à vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.