L’Esprit qui contemple

| | |

C’est par l’essentialisation en esprit, que nous rejoignons la contemplation. Je dirai que nous nous situons dans le “Ciel intérieur”. Ainsi, il nous suffit de lâcher la pensée présente, ainsi que toute agitation mentale, afin d’Être simplement, de rejoindre le “chez Soi”.

Nous devons voir, constater que l’Êtreté est première, qu’elle est absolue. Elle ne vient pas comme un espace en remplacement de la pensée. Ça Est tout le temps, que nous pensions ou non.

Il y a cette histoire d’une grenouille qui tombe dans un pot de lait. Pour ne pas sombrer dans l’inconnu, elle se met à nager frénétiquement. Il s’ensuit qu’à force de brasser le lait il se transforme en une motte de beurre.

À penser de trop nous “solidifions” le mental, nous lui prêtons une consistance, alors que ce n’est qu’un jeu évanescent. Penser, c’est comme écrit sur l’eau.

Partager :

A lire également