L'idée secrète

L’éveil se fera sans vous, sans le “personnage” auquel vous vous identifiez. Il se fera sans lui, parce qu’il est déjà proclamé, déjà servi.

C’est bien parce que nous poursuivons nos idées sur lui, que la réalisation n’éclate pas. Parce que nous nourrissons un flot d’idées sur l’idée initiale d’un “je” que nous voudrions vrai.

Ce personnage ne tient que par un jeu, que par le discours que nous lui prêtons.

Intérieurement, qui parle à qui ?

Vous pouvez arrêter de parler, parce qu’il n’y a personne “d’autre” à qui parler.

Mais si vous voulez continuer de parler, parlez …

De toute façon, il n’y a personne d’autre.

[space height= »20″]

[quote align= »left » color= »#999999″]

Note : Dans la continuité de cette conversation, à laquelle Daniel fait allusion dans son dernier billet : Nous sommes FINIS !

“L’éveil se fera sans moi”, cela ne peut pas être un nouveau projet, mais la fin d’un rêve et d’une fuite en avant ! Tout ce que nous pensons qui ne colle pas dans notre vie, n’a rien à voir avec la vérité de cet instant, mais avec l’irréalité de notre personnage. La vérité est simplement vraie et qu’importent nos jugements de valeur. Cet “ici” est valable depuis toujours. Il n’exige pas que l’on y ajoute notre grain de sel. Achever l’histoire, vouloir s’en sortir, s’éveiller… voilà qui constitue encore un moteur d’espoir dans le jeu de l’illusion.

L’illusion n’a jamais été vraie, elle n’a donc pas besoin d’essayer de le devenir. Il ne s’agit que d’un jeu éphémère, d’un rôle que l’on déclame et qui s’évanouit dès que l’on se tait. C’est le souffle qui porte notre voix qui est vrai ! Wouf ! Ce monde va très bien sans nous (le rôle). Nous essayons de trouver des responsabilités qui justifient notre position, mais il n’y en a aucune. Voilà, la désillusion, la prise de conscience que nous redoutions. Nous avons fait tout cela pour une auto justification, pour avoir une raison d’être.

Cet instant que nous vivons ne nous réclame rien. Nous sommes déjà là. Heureux ou malheureux, éveillés ou endormis… il nous accueille spontanément. L’absolu n’est pas un point culminant. C’est la Nature vraie de toute chose. Indépendamment de toutes les formes qu’elle adopte, des enjeux qualitatifs et quantitatifs qu’on lui associe, elle demeure simplement, uniquement, la Nature absolue.

[/quote]

18 réponses sur “L'idée secrète”

  1. Cher Denis,

    Merci, c’est radical et rigolo « Vous pouvez arrêter de parler, parce qu’il n’y a personne “d’autre” à qui parler. Mais si vous voulez continuer de parler, parlez … ».

    … Bon, allé, je parle encore…

    J’ai passé de nombreuses années à essayer de laisser passer les pensées, de ne pas entretenir les fabrications mentales… en me concentrant, observant… oui, comme si l’éveil dépendait de la non-pensée.

    Je me permets, aujourd’hui, de dire qu’à mon sens il y a un point absolument direct qui déconnecte de tout tellement ce point est beau et savoureux : juste goûter la joie, la paix et l’amour ce cet instant-ci… juste se laisser ensevelir par l’amour donné dans l’inspiration (tout ce qui « nous » arrive : l’air, les gens, les sons…) et laisser cet amour se diffuser en soi comme en partout. Mais alors, c’est qu’on y pense plus du tout à ces « pensées » !!!

    On peut se souvenir d’un moment de bonheur de notre vie comme par exemple la découverte de son enfant: le mental alors n’est-il pas totalement ignoré tant on baigne dans le coeur de la rencontre ?

    Quand tout est donné à l’amour, au bonheur d’être, le reste ne rentre plus en jeu. Quand on découvre ce point d’amour, on se demande alors : mais comment suis-je passé à côté ? Comment se fait-il que tant de personnes semblent courir après ?

    Emmanuel

    ps/ dernière phrase des « principes pour la méditation assise » de Dogen : « La pratique de la voie n’est pas l’apprentissage de la concentration, elle est l’accès direct à la joie, la paix et la béatitude ». (je cite de mémoire)

  2. Bonjour Denis, Bonjour à tous,

    Il faut absolument ENTENDRE cette parole : « l’éveil se fera sans moi, sans le personnage auquel je m’identifie » avec ce corps et les pensées qui le traversent.

    Oui, merci Denis pour ta patience et ton amour.

  3. Cher Mouloud,

    « Il faut absolument ENTENDRE cette parole : « l’éveil se fera sans moi, sans le personnage auquel je m’identifie » avec ce corps et les pensées qui le traversent. »

    Sans oublier :

    « Il se fera sans lui, parce qu’il est déjà proclamé, déjà servi. »

    L’éveil ne se conjugue qu’au présent (ignorant passé et futur) et ce maintenant là là là est sans personnage. Personnage qui lui, ne vit qu’au passé et au futur.

    Emmanuel

  4. Merci Emmanuel pour ces précisions. Voilà qui m’a porté à développer un peu, dans la note, sous le billet.

  5. Ah ben ca c’est développé « un peu » !

    Très précise et très complète la note, reste plus nulle part où mouliner du ciboulot ! Coincée, l’illusion est coincée dans cet instant qui ne nous réclame rien, et nous accueille spontanément !

    Et sous l’illusion coincée, nous somme là, finis, en cet instant et jamais nulle part ailleurs…

    Merci Denis !

  6. … C’est le chaton, il me semble qui est enfin en train de bien rire… de sa si grande illusion… projection de ces rêves et désirs !

    Ah! que l’on est bien ICI tel que l’on est !

    Merci cher Denis, de tout coeur.

    Belle journée pour tous !

  7. Merci Denis pour encore fois ces mots à la fois si radicaux et doux !

    « Nous essayons de trouver des responsabilités qui justifient notre position, mais il n’y en a aucune.  »

    Le DON est donc donné inconditionnellement, tel que nous sommes déjà.

    Sur ce, nous n’avons aucune responsabilité.

    Cependant, il me semble que c’est de notre responsabilité d’ouvrir grand les yeux, les mains, le coeur pour simplement accepter ce divin cadeau. On peut vivre au paradis sans le goûter, s’y balader, sans s’attabler avec les petits anges, les petits chiens (WOUF), le petit chat… Qu’en penses-tu ?

    Emmanuel

  8. Oui Emmanuel, j’attendais plus ou moins cette question.

    “Ce n’est plus la responsabilité du personnage”, cela redonne toute sa place, toute sa souveraineté à la Nature. Soit nous sommes Un, soit nous nous croyons deux et nous restons en devenir de l’unité.

    Masquée par l’illusion la Nature a soif de recevoir, de rejoindre. Libérée, elle a soif de donner, de retrouver. Le mouvement vital et créatif de la Nature demeure, c’est son (notre) “orientation” qui change.

  9. Ce que tu affirmes, cher Vincent, peut être entendu de différentes façons !

    Au final (en l’origine) “Ça rit”, mais ce n’est plus un “second” qui rit d’un “premier”, ni même un “premier” qui rit d’un “second”.

    Nous nous percevons libres et entiers “rétroactivement”, tant l’illusion n’était pas réelle.

  10. tout à fait Denis « ce entendu de différentes façons » est bien dit il ne demeure que le vécu intérieurement, et « ça rit » tout simplement….

    c’est entier « C’est ce qui est comme c’est »!

    merci

  11. j’aurais du terminer la phrase par « et le chaton se rit du Lion-miroir…….mais d’ici elle est inclusive,qu’y a t-il d’extérieur-intérieur…..? les billet de Daniel « nous sommes finis » et le tien « l’idée secrète » parle si bien d’eux mêmes!

    merci à vous deux!

  12. Voilà qui est très clair et quelle belle perspective que ce bonheur du DON…

    Amitié,

    Emmannuel

  13. « Soit nous sommes Un, soit nous nous croyons deux et nous restons en devenir de l’unité. »

    merci…….quelle « libération immédiate » que cette phrase, elle touche en « plein cœur » de nous-mêmes!

  14. Eclat de rire, éclat de Vie qui pulvérise le miroir, et avec lui toute image, de chaton ou de lion, de bien ou de mal, de vrai ou de faux.

    C’est le Coeur sans limites qui pulse, qui donne…

    Il n’est plus que Contemplation, et pure Action, totale, parfois imprévisible dans sa Spontanéité, et tout ce que nous rajoutons qualitativement à cette spontanéité n’est-il pas encore le reflet du miroir…

    Ce peut être l’Ultime point d’impact de la Brisure infinie, de la chute vertigineuse et miraculeuse du Coeur en son Abîme divin, l’étincelle grâce à laquelle l’Univers, anonyme, inconditionnel, s’illumine et se donne à cet instant…

    Merci cher Denis, de tout coeur en pensée avec toi

    Bonne journée à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.