Le giron en Soi

Parce que nous sommes toujours divisés, une part en nous n’est pas accueillie. Comment avoir du cœur, comment aimer les autres, ceux qui nous entourent, si nous n’aimons pas “l’autre” en nous ?

Il est possible de s’adonner à de nombreux exercices spirituels, de pratiquer de longues heures, de développer notre compréhension, malgré tout, la dualité se prolongera du fait de notre divorce intime.

La réconciliation avec soi n’a besoin que d’amour généreux, que de compassion dirigée envers “celui” ou “celle” que nous rejetons intérieurement. C’est l’inverse de la dureté, du mépris, du jugement dont nous l’accablons. Lorsque nous cessons de marquer la différence, il n’y a plus de séparation. Tout comme se rejoignent naturellement les deux côtés d’un bras d’eau que l’on avait divisé.

Ce n’est pas par la force, à coup de mésestime, de soumission, que nous aidons les êtres et les incitons à s’élever. C’est par la confiance, la patience et les encouragements solidaires. Ce rôle incombe au “giron” qui prend sa source dans notre poitrine. L’ayant déjà vécu, nous portons son pouvoir à la fois maternel, paternel et divin. Nous détenons cette bonté réparatrice qui nourrit et qui prend soin. Si nous le laissons se donner en nous, il déploiera une énergie nouvelle. Il consumera notre honte, l’amertume, les doutes qui nous divisent. Il nous rendra aimants.

Mus par la douceur et la bienveillance, nous saurons relever l’enfant, “celle” ou “celui” qui tombe, le faible qui échoue. Nous lui viendrons en aide et resterons de son côté, au lieu de le morigéner, de le rabaisser, de le renier, comme le ferait un tyran.

 

Note : Dans “mystique ordinaire” lire : L’appel de la Source, le sein consolateur

8 réponses sur “Le giron en Soi”

  1. Pure beauté qui mouille les yeux du coeur.

    Que « nous laissions le giron se donner en nous ».

    Merci Denis, je t’embrasse,

    Emmanuel

  2. Denis, tout est là. Je porte encore en moi la peur. Elle me tiraille. Je suis froid avec elle, sans amour, comme si elle m’était étrangère. Ce texte me dit aime et aime encore la honte, le stress et le tournage en rond. Merci de me remettre les yeux du coeur là ou ils doivent être, avec mes peurs.

  3. Merci, Denis, de tout coeur. Je suis sans mot devant ce très beau texte qui pointe vers ce que nous sommes.

    Oui, Gilles, tout est là.

    Je vous embrasse tous.

  4. Cher Denis,

    Peux-tu préciser ce qu’est ce « divorce intime » résistant ?

    Est-ce une part de nous que l’on refuse d’accueillir ? Il y a peut-être des « refoulés » qui n’émergent pas, bien difficiles donc de s’y réconcilier.

    Merci de ton attention,

    Bien tendrement,

    Emmanuel

  5. Pourquoi on ne s’aime pas ?

    On peut ne plus s’en souvenir. Je ne pense pas qu’il soit essentiel de retrouver les causes de cette rupture. Généralement, les événements, les circonstances à l’origine ne sont plus d’actualité. Ce qui importe, c’est qu’aujourd’hui nous continuons de marquer une division. Nous continuons une histoire !

    Allons-nous décider de nous mettre de notre côté, de devenir notre ami, plutôt que d’être contre nous ? Allons-nous décider d’appartenir au vivant ? Jour après jour, nous pouvons faire le choix d’être un acteur de division ou de réconciliation.

    Amitiés, Denis

  6. Bonjour,
    merci pour ce texte. Malgré mes lectures sur la non-dualité, parfois compliquées, vous pointez vers l’essentiel, simplement et vos mots sont agréables.
    Récemment je me posais la question de combien il faudrait de temps pour se « libérer » mais en vous lisant et en vivant cet accueil dont vous parlez, ma question perd de sa force et devient inutile. Même si les résistances sont là, encore, je pressens que la tranquilité leur est antérieure.

    merci encore.

    ps: une petite faute dans votre texte : « nous serons relever l’enfant ». Il me semble que la phrase « nous saurons relever l’enfant » est plus correcte.

    Mathieu

  7. C’est beau , c’est gentil et très touchant ce que tu nous dis Denis.

    Que ça fait du BIEN…..

    Merci et a bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.