La vie comme un rêve

Là où nous souffrons, là où nous doutons, là où nous réussissons et où nous échouons, c’est toujours dans la sphère de notre personnage. C’est le monde relatif, pareil aux reflets colorés qui ondoient sur l’eau. Malgré leur éclat, que sont-ils réellement ? Des formes éphémères, vides, produit du jeu entre la lumière et l’eau.

Il n’est pas facile de considérer notre vie comme un rêve. Pourtant, malgré tout ce que nous avons vécu et ce que nous allons vivre, il ne demeure que cet instant, que la présence où nous sommes. Malgré les réflexions, il n’y a qu’un cours d’eau qui s’écoule tranquillement. L’absolu se forme et se déforme. Il transparaît davantage entre chaque situation, entre chaque surgissement, rappel de notre Nature et celle de l’univers.

[quote align= »left » color= »#999999″]

Note : Il y a un exercice très simple, très facile, que je conseille de temps en temps.

Le soir, avant de se coucher, dans la pénombre, asseyez-vous un moment au bord du lit.

Détendez-vous, et demandez-vous ce qui reste de la journée qui s’achève.

En pensée, vous pouvez revoir les événements qui se sont déroulés …

Ce qui compte, c’est ici, maintenant… que reste-t-il finalement ? …

La réponse ne devrait pas être verbale, mais plus expérientielle …

Pendant plusieurs soirs, interrogez-vous de la sorte.

Une qualité spacieuse, atemporelle, immuable, devrait apparaître et s’étendre, si vous l’adoptez.

[/quote]

4 réponses sur “La vie comme un rêve”

  1.  » Pourtant, malgré tous ce que nous avons vécu et ce que nous allons vivre, il ne demeure que cet instant, que la présence où nous sommes. »

    c’est tout, mais vraiment Tout!……yes (sourire joyeux et gratuit)!

  2. Choisir de ne pas entrer dans l’histoire…

    Choisir « maintenant » juste par amour…

    Choisir de rester là… dans les bras de l’instant, dans les bras de l’aimé…

    … et se laisser saisir par la Vérité !

    Quelle merveille ! quelle gratitude !

  3. Bonjour Denis, bonjour à toutes et tous,

    c’est très beau ce que tu dis dans ton texte ne pas se prendre les reflets, le personnage,

    il faut le voir et puis ne pas partir en lutte contre cela , accueillir aussi ce personnage tranquillement avec Amour . c’est peut-être un autre regard , qui part encore et encore à la recherche d’un idéal celui du quêteur, peu importe je voulais simplement dire c’est très beau et cela devrait-être vivant en nous, nous le comprenons intellectuellement mais cela doit ce vivre et là la beauté ce texte deviens alors témoignage vivant de ce qui est, de ce que certainement tu vis. merci de vouloir nous le faire toucher du dois.

    j’ ai fait ton petit exercice, ce fût une profonde libération d’abord puis une joie incroyable.

    marilyne

  4. Percevoir le nouveau à chaque instant… Savoir lâcher la main du mental et apprendre à marcher seul, comme un grand! Accepter le vertige du nouveau, du neuf, c’est aller au bout de son humaine condition!

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.