La vie qui a soif de Vie

Vivre intensément, c’est sans doute, par-delà nos besoins et un certain bien être élémentaire, ce que nous recherchons finalement. Toutefois, il se peut que nous n’en ayons pas vraiment conscience ou que nous l’exprimons autrement. Dans cette aspiration à l’état de contentement, face à l’adversité, le bonheur est une quête permanente que nous menons chaque jour, d’instant en instant. Il est comme un équilibre fragile que nous essayons de maintenir. Alors que dans la vie “matérielle” nous croyons que notre bonheur est conditionné par le relatif et l’avoir, du point de vue mystique, il est reconnu comme l’expression vivante et direct de l’Être.

Dans notre vie quotidienne, à la base de toutes nos joies profondes, il y a une clarté, il y a la contemplation. Tout bonheur provient et est vécu depuis notre nature spacieuse et lumineuse. C’est comme si notre monde opaque d’illusion était superposé au monde vrai et libre. Le Royaume est là, sous nos pieds, mais nous ne le voyons pas. Ce que nous qualifions d’instants de bonheur, ici-bas, s’apparente en quelque sorte à des fenêtres qui s’ouvrent temporairement sur le Royaume. D’une autre façon, on pourrait dire que lorsque nous parvenons à vivre pleinement notre illusion, en fait, nous contactons la vérité. Nous en retirons un certain plaisir, une certaine satisfaction, mais nous ne réalisons pas le caractère infini et merveilleux de ce que nous rencontrons alors.

Je dirais que la contemplation est l’art de ne pas pratiquer, de ne pas s’impliquer dans un “faire” spécial ou subtil. Globalement, c’est ne pas succomber au matérialisme spirituel. Ici, il n’est plus question de recourir une fois de plus à une stratégie. Il n’est plus question de laisser l’esprit décider pour nous en lui restant subordonné. Déjà, le simple fait de savoir que l’esprit est nôtre, que nous ne sommes pas celui-ci, nous restitue, réhabilite le “je Suis”. Ainsi, par le biais de notre sagesse, nous actualisons cet état libre de référence, éveillé de certitude et “d’êtreté”.

Nous pouvons aussi “tomber” dans le “je Suis” par le cœur. Il y a une façon de contacter l’être, de se retrouver en Soi à travers notre point de douceur. Il nous suffit d’évoquer le bonheur ou l’amour. Lorsque nous sommes heureux, où sommes-nous heureux ?…

Si nous comprenons que dans l’illusion notre recherche du bonheur est finalement une sorte de boucle plus ou moins élaborée qui renvoie au Soi, nous pouvons faire que ce détour se réduise jusqu’à sa plus simple expression en la Vie : “l’union du Ciel et de la Terre.”

J’ai cette anecdote du tout premier jour sur la base où j’étais affecté pour la durée de mon service militaire. Dans la chambrée, il y avait là trois commandos affalés sur les lits et qui bavardaient. À peine étions-nous entrés, que l’un d’eux nous toisant lança ce slogan : “Souffrir c’est vivre intensément.” Avec un sourire complice, tous trois nous dévisageaient guettant notre réaction…

Note à propos de l’image :
Ouroboros désigne le dessin d’un serpent ou d’un dragon qui se mord la queue. Il s’agit d’un mot de grec ancien οὐροϐóρος, latinisé sous la forme uroborus qui signifie littéralement « qui se mord la queue ».
Ce symbole apparaît souvent sous la forme d’un serpent se mordant la queue. Il représente le cycle éternel de la nature1.
<a href=”http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouroboros title=”Lire dans Wikipedia”>lire la suite…</a>


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image