Le but en Soi

Ce que nous rencontrons au bout de chaque expérience, c’est nous-mêmes, Soi. Nous pouvons dire que nous sommes finalement le résultat. Alors, pourquoi multiplier les expériences, les tentatives, pour un but que nous détenons, ou que, plus précisément, nous sommes déjà ?

De par l’unicité de la vérité, nous lui appartenons. Aussi, s’illusionner ne nous en fait pas sortir. C’est la raison pour laquelle, inconsciemment, derrière toutes nos entreprises et toutes nos possessions relatives, c’est la vérité que nous recherchons. Nous désirons la seule chose qui semble nous manquer, quoique nous ne cessions jamais d’en faire partie. À travers tout, nous traquons son goût, car cette saveur fait résonner ce que nous sommes. Nous croyons goûter autre chose, des parfums différents, mais ce que nous testons, ce que nous apprécions réellement, c’est la vérité que nous sommes constamment, infiniment.

5 réponses sur “Le but en Soi”

  1. Bonjour à tous, l’unique Matrice..l ‘UNIQUE Essence…juste VOIR et respirer en détente , en toute liberté d’ ETRE…tel que c’est…sans rien comparer , sans rien juger… juste regard neutre , infini…AHHHHHHHH……!!!!!!

  2. Cher Denis,

    Tu écris :

    « Ce que nous rencontrons au bout de chaque expérience, c’est nous-mêmes, Soi. »
    Nous-mêmes = « Soi » apparaît ici en tant que Totalité de la Conscience, Source et Vérité. Ensuite tu dis :
    « Nous désirons la seule chose qui semble nous manquer, quoique nous ne cessions jamais d’en faire partie. »
    Le « nous » qui « fait partie » apparaît cette fois en « temps » que « moi » = ego. Mais cet ego, même s’il n’a pas de réalité, s’il n’a pas « sa » place dans la Réalité, a-t-il le choix de refuser les expériences que le Soi veut vivre ? Il ne peut que s’illusionner sur le choix de « faire le bien » plutôt que « faire le mal » ? Le piège est total et rien « à faire » pour en sortir. Se voir « enfermé dehors », selon une expression que tu goûtes avec l’humour qui va avec, n’est pas suffisant pour réaliser vraiment qu’il n’y a ni « intérieur » ni « extérieur ». Je crois de + en + que comprendre la « chose » intellectuellement est un handicap auquel on s’accroche comme seule bouée, sans personne à pouvoir sauver ! l’Eveil comme drogue (très) dure est le comble de l’immaturité.

    Cordialement,

    Charly

  3. Ah ! cher Denis…

    Goûter « Être Soi » c’est s’enivrer de Vérité et tomber à genoux éblouis de gratitude !

  4. Bonjour Charles,

    Je fais attention de réserver le terme « comprendre » à ce qui relève du mental et de l’intellect. Concernant la réalisation, généralement, j’invite à “entendre”, à « goûter », à “appartenir”, à “être en live”, à vivre dans “le monde” plutôt que de se raconter “son monde”.

    Qui prend la décision ? Peu importe, puisque tout état relatif, toute fonction, appartiennent à la même Nature absolue. C’est le fait de “se lâcher” qui importe et qui nous offre la possibilité de réaliser que la forme est le fond, que le fond est la forme. Lire aussi L’eau de la vie.

    Bien à toi, Denis

  5. Merci Denis

    Je n’avais pas lu les notes ajoutées au topic L’eau de la vie, je vais les relire encore quelques fois 🙂 J’ai vu aussi cette vidéo où tu insistes sur ces concepts de fond et de forme. Hélas ce mental est persuadé qu’il faut des situations extrêmes comme : amener l’un de ses sens au bout de lui-même, une grave maladie, pourquoi pas une NDE 🙂 … pour avoir la vision de la possibilité de lâcher la poignée de boue que nous étreignons (presque) tous !

    Avec mes meilleures PENSEES (hélas!) 🙂

    Charly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.