Le dernier bastion

Le dernier bastion

Vincent : Ce que je trouve étrange c’est d’écrire, de parler de « Cela ». Je relis souvent tes archives depuis 2006. Ce que tu dis est tellement direct et complet que je vois bien que c’est la vie qui parle à travers cette feuille blanche et non pas les mots. Car c’est ce vivant en moi qui lui donne vie. Souvent, il m’arrive de vouloir taire « Cela » en tant qu’expression écrite ou parlée…et boum, je poste quand même dans un blog et ce besoin de l’exprimer « se fait », mais je sens bien que tout part de ce silence qui dit tout ! J’ai lu que du point de départ de cette expérience dans cet hôpital, jusqu’à la publication de ce livre en 2007, il s’est passé plus de dix années.
Donc, je te pose ces deux questions : cette période, entre Ce qui est advenu de lui-même et ce livre, y a-t-il eu un passage de silence nécessaire ? Qu’est – ce qui t’a poussé par la suite à rendre témoignage de « Cela » ?
Merci

Denis : Je dirais que c’est “Cela” qui témoigne de Lui. Et Denis, il essaie d’être un fidèle traducteur.
Parler de “Cela” n’est pas évident, car nous risquons de le chosifier et finalement de “l’éloigner” de nous.
Il faut bien comprendre que l’absolu inclut le relatif. Pour le ramener à l’éveil, cela signifie que la vérité en laquelle nous nous retrouvons autorise l’illusion d’exister. L’un ne remplace pas l’autre. Le comédien réalise qu’il n’est pas le rôle et le costume, mais bien la nudité qui les porte. En quelque sorte, c’est le “référentiel” qui change, car finalement, nous sommes comme avant. Nous sommes à la fois un être avec un rôle, une identité, des habits…
Il y a une phrase importante qui est : “Je ne suis pas mon esprit.”. Ce qui veut dire qu’il me faut parler au mental sans lui parler vraiment. Il me faut utiliser l’esprit pour parler au cœur. Le mieux est de communiquer de cœur à cœur, mais cela demande des circonstances particulières. C’est une chose de réaliser et c’en est une autre de transmettre. Cela, réclame un apprentissage, un processus, comme pour tout ce que nous entreprenons dans cette vie. De plus, j’ai souhaité pouvoir transmettre en prenant le plus d’aise et de plaisir possible. De fait, je ne suis pas intervenu pour diffuser mon témoignage, mais j’ai laissé les circonstances apparaître naturellement. Je m’emploie à progresser selon mon intuition en oubliant les modèles. Je ne suis pas un missionnaire, mais un simple vecteur qui ne connaît rien du but ultime de tout “Cela”.
C’est le mensonge, la souffrance, la division, l’ignorance qui me poussent, qui stimulent l’Être. Mais c’est aussi l’émerveillement, l’Amour inconditionnel, la Beauté, ou simplement la Vie qui veut se dire et fleurir. Elle est comme l’eau vive que l’on ne retient pas, et qui ne peut que s’étendre et imprégner tout sur son passage.
Voilà, cher Vincent, quelques lignes de réponse. Mais il y aurait sans doute bien plus à exprimer.

Vincent : J’ai eu l’expérience en 82, par des pratiques soutenues avec les lamas tibétains de ce que le lama de l’époque qui était mon lama racine nommait une « expérience de la vacuité des phénomènes » . Cela a duré quelques mois où il était vu que les choses, les êtres, etc… étaient sans substance, une illusion vide de formes. Mais je ne l’expliquerai pas, car ce n’est pas explicable, la seule chose fût un grand rire et une certaine difficulté à prendre aux sérieux les soi-disant problèmes sérieux relationnels. Mais cette expérience fut pour moi plutôt la désintégration du sens du moi qui provoqua aussi une peur et un désir de retrouver ma vision normale afin de pouvoir fonctionner en famille, avec les autres, etc… (Il me semble qu’à l’époque quelque chose n’était pas prêt à accepter cela, le lama me dit de m’accrocher, etc… et d’aller au-delà voilà j’abrège, tu comprendras. La deuxième expérience avec la rencontre avec Bernard fut ce que j’appelle « intégratrice », car là tout baignait, il n’y avait pas « d’autres » même quand je parlais avec ma femme j’étais obligé de m’arrêter comme si je parlais avec moi-même et de même dans beaucoup de circonstances. Un sentiment d’amour était là, pour personne, mais de l’amour sentiment d’être total entier complet, etc… etc… puis cela s’en est allé, mais ce fut sans importance, car cet écran blanc sur lequel venait s’inscrire toutes ces histoires demeurait.
Voilà, je te raconte cela pour mieux poser cette question.

Quand je lis ton recueil c’est une immense joie de reconnaissance toute simple il n’y a rien à rajouter seulement, la reconnaissance de moi-même ! (naturellement j’ai traversé l’ennui et le désoeuvrement quand toutes les pratiques sont tombées d’elles-mêmes et le fait même de chercher quelque chose. Puis cela aussi comme tous les états passent).
Maintenant quand je te lis je me dis, pardonne le terme, mais « Merde » qu’est-ce qui manque ? En voyant bien aussi « que cette question est le manque même » et qu’elle apparaît sans autres conséquences de disparaître………………………et là je reste un peu abasourdi que tout soit là et pourtant……………….cet aspect duel est là, constaté, mais demeure !
Peux-tu me dire quelque chose sur ce que j’exprime et qui me fait dire à chaque fois « c’est là » et pourtant il y a cette division.
Merci pour ta présence qui est un réconfort dans ce cri intérieur qui parfois nous submerge et me laisse impuissant, car là aucun contrôle, aucune volonté propre aucun faire, ni ne pas faire, ne rien savoir, et tout ce qu’on a pu faire, penser, compris ne sert à rien…………..

Denis : “Il faut bien comprendre que l’absolu inclut le relatif. Pour le ramener à l’éveil,
cela signifie que la vérité en laquelle nous nous retrouvons autorise l’illusion d’exister.
L’un ne remplace pas l’autre.”
Je me permets de reprendre ces trois phrases. Je pense qu’elles répondent en grande partie à ton questionnement.
L’Etat initial est comme le ciel et rien n’échappe, ou n’est exclu de celui-ci. Il n’y a rien d’autre en dehors de cette Ouverture infinie.
La dualité s’exprime en son sein et n’a aucun pouvoir, aucune conséquence à son égard. Aussi, on s’en fout ! Ce n’est pas vrai !
L’Etat initial règne et c’est ce Règne en nous qui peut nous donner la certitude.
C’est exactement pareil que pour le silence ou pour l’immobilité. Le silence n’a pas besoin du moindre son pour exister.
Ainsi, les expériences sont comme des sons. Elles sont des manifestations au sein de la Nature absolue.
Aucune d’elles ne peut confirmer la Nature puisqu’elles en sont des “sous-produits”.
En fait, généralement, nous retenons l’émergence des expériences, alors qu’au contraire, nous devrions “retenir” leurs dissolutions.
Il y a beaucoup à réaliser dans cette réabsorption !
Sur le coup nous nous retrouvons démunis, voir orphelins, mais une fois cette dernière résurgence passée, nous nous trouvons ou reconnaissons en la qualité immuable qui ne varie jamais.
Il faut accepter de tout perdre, absolument tout, pour se voir nus, tel que nous sommes, et tel que nous l’avons toujours été.
L’éveil n’est pas une expérience et ce n’est pas une expérience qui le confirme. C’est ce qui vient à la suite et qui était déjà présent avant.
Nous sommes dévastés, perdus, sans référence, semblables à l’enfant, au nouveau-né qui est juste là, simple, empli de vie et de la présence qui l’anime.

À présent, tous les cinémas de l’adulte que nous sommes peuvent prendre place. Notre “référentiel” demeure “l’enfant”, “chez-nous”,
car nous avons fait le tour de la question.

Vincent : Très juste, j’allais dire malheureusement, car ça, je le vois bien « L’éveil n’est pas une expérience et ce n’est pas une expérience qui le confirme. C’est ce qui vient à la suite et qui était déjà présent avant. »
C’est très vrai et je n’ai aucun attachement ni attente de ce que ces expériences furent, car j’ai bien vu que « je suis avant. ».
Et que le vide est forme et la forme est vide cela aussi s’impose à mon regard ! Le film n’a aucune incidence sur l’écran blanc que « je suis » avant tout , il se déroule c’est tout !
Merci pour « La dualité s’exprime en son sein et n’a aucun pouvoir, aucune conséquence à son égard. Aussi, on s’en fout ! Ce n’est pas vrai ! » là ça palpite… de même « Notre “référentiel” demeure “l’enfant”, “chez-nous”. »

« À présent, tous les cinémas de l’adulte que nous sommes peuvent prendre place »
Ça aussi je vois, le jeu peut continuer comme il est , il ne créait aucune interférence sur notre Référentiel, on peut jouer et tout peut advenir cela n’a aucune importance comme tu dis on s’en fout !
Et oui nous avons fait le tour de la question……….
J’ajouterai avec un sourire d’humour qui exprimerait assez ma déconvenue (dans cet espace ouvert et souriant) et pourtant il y a Denis et son lit d’hôpital et boum ! (même si c’est une non-expérience, un non-état qui demeure après cette dernière expérience , état…………… et il y a Vincent… pas boum !
Ce que je veux dire c’est que Denis avant et après, même si rien a changé…tout n’est plus pareil et de là où il parle Denis même si c’est faux de le dire comme ça, Vincent n’y est pas !! (enfin, c’est ce qu’il s’imagine peut être, mais Denis avant ce qui s’est passé à l’hôpital et Denis après ça donne « l’éveil ordinaire ».
Donc, je suis mon seul refuge, ma seule autorité certes… mais ce refuge qui est moi-même peut prendre le visage de Denis après ce « déclic » appelons-le comme on veut ça ne change rien, mais « Cela » s’exprime en Denis, c’est bien qu’il se passe quelque chose.. peu importe le nom qu’on lui donne ou pas ! non ?
Excuse-moi d’insister, mais une chose pour moi est incontournable de là où je suis, c’est que même si c’est une reconnaissance de ce que l’on est et avons toujours été il y a là « quelque chose qui se dévoile, se révèle » et qui n’est pas actualisée en tout un chacun…car il y a bien ici là où je suis une constatation qui s’est actualisée en Denis et pas en Vincent même si c’est « seulement une pensée qui m’en sépare ». !
Là, voilà, j’y suis arrivé (sourire) j’essaye de dire, qu’on a beau mettre des mots plus des mots…Denis « voit » il y a actualisation et Vincent « voit lui aussi… mais comme un borgne (sourire) la grâce ne s’est pas penchée encore sur lui ..alors il se dit oui, je comprends, oui j’ai vu certaines choses, oui j’ai eu certaines expériences, etc..etc….et que reste-t-il ? Rien..bon il reste l’écran blanc et tu dis « Il faut accepter de tout perdre, absolument tout, pour se voir nus, tel que nous sommes, et tel que nous l’avons toujours été. » Alors là oui, je dis merveille…… entre Denis et Vincent, Vincent c’est peut-être un malin et il ne veut pas tout perdre …. mais ce cœur lui il n’aime que ça, il ne vibre que pour ça…..et redit « merde » (dans la joie) ……. le marchand de sable il jette sa grâce comme bon lui semble ? Qu’est-ce que j’aimerais tout lâcher, tout perdre..mais même cela ne dépend même pas de moi… car cela apparaît et « je suis » avant. Parfois quand même il y en a ras le bol (ha ha ha) !
Merci infiniment de ta réponse très claire. J’ai voulu pousser le bouchon un peu plus loin, car parfois il y a dans ce que l’on vit un vent de folie, un paroxysme, un insaisissable, un quelque chose où s’il était en ce pouvoir de cet individu non-existant de s’y jeter les pieds joints pour boire la tasse il le ferait. De toute façon, je n’ai aucun choix, là-dedans ça pousse ça pousse ça veut y aller, je ne sais pas où, mais ça y va….
Merci de m’avoir lu, de ta merveilleuse réponse et ma foi comme tu le dis « la Source à soif d’être bue » et bien qu’elle se boive jusqu’à ce que j’en sois ivre ! Merci de tout cœur ..Vincent
Bien que je n’ai posé aucune question si ce que je dis t’inspire une réponse n’hésite pas, car sache que d’ici l’écoute est totale, car cela fait un grand bien de le dire, de le partager et d’entendre des paroles de vie qui éclairent….ce chemin fort lumineux

Denis : Je vois que nous en sommes au “dernier bastion”, mais qui pourrait aussi bien porter le nom de “premier”.

Tout lâcher, à un certain stade, c’est lâcher le “dernier espoir” ou la “dernière crainte”. (ou le premier espoir, la première crainte)

Je voudrais te dire : « Réveille-toi Vincent. Oublie tout. Ceci n’est qu’un jeu !

Il n’y a pas d’illusion, pas d’éveil. Il n’y a rien à gagner, rien à perdre.

Il y a juste “toi”, “Soi”, C’EST TOUT ! »

😉

Vincent : yo…….merci répond l’écho….merveilleux, merveilleux……c’est bon d’entendre cela…..va pour le jeu….l’écho me réveille……merci Denis……(éclat de rire dans la joie de te lire)


 

8 réactions sur “Le dernier bastion

  1. César

    bonjour, je suis césar, un assoiffé aussi, je lis la plupart des articles qui me laisse toujours avec une sensation de libération des que je suis en bas de page. Dans ma vie je connais à peu près 5% de calme de l’esprit, puis le reste, d’enfermement, souvent bien angoissant à la fin, puis fortuitement, heureusement, reviennent ces 5% de vie précieuse comme pour me booster (comme dans super mario :)). je sais bien qu’il faudrait se placer spectateur de tout ceci, et être, c’est tout. tout en veillant à produire le moins d’illusion.. compréhension que mentale peut être.. Mais comme c’est impressionnant comme il peut me tenir parfois cet esprit, j’en pleure même parfois, je souffre.. mais bon, c’est la vie.. tout mes lectures finissent par ne me servir à RIEN.. je crois que je ferais mieux d’arrêter avec tout ce brouhaha, et de l’accepter tel qu’il est mon esprit, c’est quand même mon esprit à moi lol, et vivre simplement, comme je suis ici et maintenant.. Mais non^^ ca va etre un peu chaud ca car il y a cet fort appel intérieur qui m’habite depuis maintenant bien des années 🙂
    Merci Denis de m’avoir de ton attention, et si tu sens de me dire quelque chose, je t’en remercie d’avance du fond du cœur 🙂
    César

  2. Denis Marie

    Bonjour César,
    Parfois, je me dis que tout ce que nous pensons et ressentons, nous devrions le prendre comme un rêve (ou un cauchemar !). Et puis, nous pourrions passer à autre chose… Je veux dire que nous pourrions retrouver notre disponibilité, notre “vacance” du coeur… Nous donnons de la solidité à ce qui n’en a pas, à des formes qui sont sans vie.
    Ne sommes-nous pas cette Vie qui donne vie ? L’Ouverture est là, et ce que raconte notre esprit n’a pas beaucoup d’importance au fin de compte. Allons plutôt nous “amuser” dans le “jardin de la Présence”, “ici”, où tout est neuf et libre d’histoire. Retournons-y encore…
    Merci pour ton message,
    Bien à toi, Denis

  3. j.marc

    Bonjour et

    Merci Vincent,(à qui je “dois” déjà pas mal…), pour ce merveilleux plongeon de sincérité, cette clarté dans l’urgence et cette “envie/besoin” d’aller jusqu’au bout.

    Et bien sûr, merci Denis pour cette Eau qui l’accueille et par contagieuse vibration, nous accueille tous.

    A bientôt.

  4. vincent

    oui, bonjour Jean-marc, content de te retrouver ….
    Cela fait effectivement grand bien au coeur d’être accueilli comme on est, et d’échanger sans devoir, ou mériter de pouvoir le faire.
    Denis offre ce retour à la maison dans l’amour et l’humour, avec des paroles qui nous font nous reconnaître “tout simplement”. C’est une grande joie pour moi d’avoir découvert ce site où ce qui pousse en nous, ce qui aime en nous peut partager ce désir si grand “d’être bue par la source” comme le dit si bien Denis.
    Amitiés et coeur dans les retrouvailles Jean-Marc et Amour et gratitude à Denis pour avoir laissé sa maison ouverte pour les assoiffés que nous sommes, merci infiniment Denis.

  5. Fabienne

    Bonjour Denis,

    il y a beaucoup de coeur dans les mots qui te viennent pour exliquer l’inexplicable et je t’en remercie car cela me touche par la simplicité et la pureté.
    en ces moments il me semble que l’on peut être conscient que l’on ne veut plus des anciens shémas et ne pas arriver a passer ce seuil du tout autre, même si rien de change ;.)
    l’autre nuit me venait des pensées imagées de “l’éveil”. se sentir comme un écran sur lequel le film de la vie se déroule… mais voilà je me sentais pas vivante de m’imaginer vivre des situations sans qu’elle m’agrippent et m’arrachent quelques émotions.
    Me sentir effectuer des actes sans croire a ce qui se passe, sachant que ce sont des illusions bien c’est un peu être morte vivante pour mon mental. Ce n’est surement pas ainsi que l’on vit une fois éveillé pourtant. On est surement plus vivant que jamais… mais voilà pour l’instant je suis consciente que l’égo ne veut pas lâcher même si je suis fatiguée d’être trimbalée par des émotions, décue et blessée.

    C’est être parti un peu mais pas arrivé encore… pas très confortable
    Et pourtant en théorie je sais que l’on est déjà arrivé 😉
    Merci pour tes témoignages
    Céliane

  6. Denis Marie

    Bonjour Fabienne,
    Voir l’écran n’empêche pas le cinéma d’y être projeté. Regarder l’eau n’empêche pas les reflets d’apparaitre. Il n’y a pas à choisir entre l’un et l’autre. Il y a reconnaître ce qui est “vrai”, stable et qui constitue la source, à la différence de ce qui en est l’expression, le jeu illusoire et évanescent. Le problème n’est pas d’avoir des pensées et des émotions, mais c’est d’ignorer la base, la source en laquelle elles se manifestent. Le fait d’avoir cette reconnaissance permet aux manifestations, aux réactions superflues de ne plus avoir cours. Le jeu devient plus doux et il se simplifie. Il redevient ou il demeure ce qu’il est, une expression.
    Merci pour ton message.
    De tout cœur, Denis

  7. Fabienne

    merci Denis,

    tes mots m’aident a me positionner autrement.
    regarder l’eau n’empêche pas les reflets d’apparaitre non c’est vrai.
    Mais est ce qu’on est a la regarder. je me vois plutôt être cette eau mais quand je me crois être que les reflets c’est pénible.
    Toute la partie profonde est bien là, je ne la connais pas pourtant, est ce parce que c’est sombre et qu’elle cache mes ombres .
    Aller les acceuillir, les mettre en lumière permettra t’il peut être de reconnaitre ma part divine?Et de pouvoir en vivre plus consciemment
    C’est ce qui me vient en lisant ta réponse… merci
    belle fin de semaine

  8. Denis Marie

    Bonjour Fabienne,
    Il y en nous une Présence simple et spontanée. Elle correspond à “l’eau” dans l’exemple que je donne. À tout moment, il est possible de la contacter, de faire une pause et juste de nous retrouver à “flotter”, d’être cela. C’est comme le silence qui réapparaît dès que nous nous taisons. Le but n’est pas de faire dominer l’un sur l’autre. Il consiste à voir, à reconnaître comment ils ne font qu’un. Ce sont les passages, l’alternance de la forme au fond qui nous révèle la continuité, l’unicité. Les reflets sur l’eau ne sont finalement que de l’eau. Il suffit d’essayer de les attraper pour avoir la main trempée. Il en va de même pour tout ce qui se réfléchit en nous. Si vous essayez de saisir une pensée, vous n’obtiendrez que l’Espace de la Présence. À force de constater que ces images sont en nature vides, tout le cinéma perd son attrait. Il ne parviendra plus à vous fasciner. En fin de compte, pour vous, les termes mêmes d’illusion et d’éveil n’appartiendront qu’à une rêverie.

    Très bon week-end également, Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image