Bienheureux

Pour celui (celle) qui Voit “l’or” dont est fait ce monde, se révèle une vue profonde qui le comble instantanément. Tout se donne en abondance.

Empli des richesses de l’invisible son regard s’illumine depuis le cœur. Sur lui règne une perfection pleine de paix, d’amour, de joie et de gratitude. Lui-même se trouve investi de ces nobles qualités dont il devient le vecteur. Dans cet espace sacré, les grâces affluent pour le bienfait de tous.

Bienheureux ceux qui Voient !

[quote align= »left » color= »#999999″]

Note : Lorsque l’on est dans le Voir, il y a contemplation. Dès lors, les interrogations n’ont plus cours ! Le jeu duel a disparu ! Ce que l’on vit, ici, n’a rien à voir, n’a pas de commune mesure avec la vision illusionnée. Il s’agit d’une autre “dimension”. Il advient que ce qui n’était pas reconnu l’est devenu, et que cela s’accompagne d’une grande révélation. Selon les personnes, selon l’abandon, son intensité diffère. De plus haut nous tombons, plus grande, plus manifeste est la “chute”.

Cela peut s’apparenter au fait d’émerger d’une amnésie. Il y a peu, nous vivions encore dans l’ignorance de celui que nous sommes. Nous nous prenions pour un pauvre errant, et tout à coup, nous découvrons notre filiation, la nature “princière” à laquelle nous appartenons ! Comment l’avions-nous oublié ?

Quel émerveillement, quelle gratitude infinie s’empare de nous ! De façon dynamique, nous exultons. De notre être, cette reconnaissance s’élève pareille à une offrande, pareille à une louange brûlante d’amour. Plus nous louons et plus nous sommes comblés. Comme le confient certains mystiques chrétiens, nous* recevons grâce sur grâce.

(* le “nous” englobant)

[/quote]

Confiance en notre Nature

Ne pas se “distraire” ou ne pas « s’occuper » afin d’obtenir la relâche, la vacance naturelle de l’esprit.

Jusqu’ici, nous avons toujours dirigé l’esprit vers un état, vers une forme donnée. À travers la non-distraction, la non-manipulation, nous lui permettons de “reposer”, de se conformer à sa nature. Il en va de même pour l’eau qu’il n’est pas nécessaire de lisser avec le plat de la main pour qu’elle se calme. C’est précisément l’absence de toute intervention de notre part, qui permet et met en évidence son propre pouvoir de restauration, de retour constant à l’étale.

Le contact

Sur le plan intérieur, c’est se mettre en amitié avec soi. C’est comme une façon d’être “tout contre”, une façon de “s’accompagner”. Cela libère un sentiment de complétude. Notre humeur devient sereine et légère. A travers cet accord d’amitié et d’amour la Source abonde. Continuer la lecture de « Le contact »

Beauté

Bien qu’elle ait inspiré les artistes, les poètes, la Beauté dont je fais allusion n’a rien à voir avec l’esthétique ou l’art. Elle ne repose pas sur le plaisir que procure l’harmonie des courbes et des couleurs. Plus directement, c’est l’éclat même de notre Nature. Continuer la lecture de « Beauté »